Sommet pour la paix en Ukraine  : Vladimir Poutine surprend

Poutine et Kim


"Si on parle des résultats de cette rencontre, ils sont proches de zéro". Bien que la majorité des pays réunis au premier sommet sur la paix en Ukraine ont réitéré leur soutien à l'indépendance et la souveraineté territoriale du pays, selon le Kremlin, cette conférence n'a abouti à aucun résultat, a déclaré, lundi, le porte-parole de la présidence russe.

Le sommet pour la paix en Ukraine, qui a réuni ce week-end en Suisse plus de 90 pays, en l'absence de la Russie et de la Chine, a abouti à "zéro" résultat, a estimé lundi 17 juin le Kremlin.

"Si on parle des résultats de cette rencontre, ils sont proches de zéro", a déclaré à la presse le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. Selon lui, de nombreux participants comprennent "que toute discussion sérieuse n'a aucun avenir sans la présence de la Russie".

L'immense majorité des plus de 90 pays représentés au sommet de Bürgenstock, en Suisse, ont convenu dimanche que le "dialogue entre toutes les parties" et le respect de l'intégrité territoriale de l'Ukraine étaient le chemin à suivre pour mettre fin au conflit ukrainien, qui dure depuis le lancement de l'offensive russe en février 2022.

Mais ni la Russie ni la Chine n'étaient représentées en Suisse et le communiqué final, qui exige notamment la libération "par échange complet" des prisonniers de guerre, mais aussi "de tous les enfants ukrainiens déportés et illégalement déplacés", n'a pas reçu le soutien de pays comme l'Inde, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Soit des puissances réputées proches partenaires économiques de Moscou.

Selon Dmitri Peskov, le président russe reste toutefois "toujours ouvert au dialogue et à des discussions sérieuses et substantielles".

Pour sa part, Vladimir Poutine a déclaré, vendredi dernier, qu'il négocierait avec l'Ukraine en cas de retrait des forces ukrainiennes des quatre régions qu'il revendique et lorsque Kiev aura renoncé à rejoindre l'Otan.

Dans la foulée, son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, a rejeté ce qu'il a dit être un "ultimatum".

Avec France 24 et AFP

Powered by Froala Editor

Lire Aussi:
  • Pologne : les militaires autorisés à tirer sur les migrants
  • Bruxelles engage le bras de fer avec la Hongrie
  • Belgique : plus de 650 demandes d’asile de congolais en 6 mois

  • Post Tags


    Reaction

    Like 0 Love 0 Haha 0 Wow 0 Sad 0 Angry 0
    For giving reaction please   Login Now

    leave a reply

    For post a comment you need to login your account. Login Now

    Comments