img

Top News

Sécurité

Politique

Actualités

Photo d'illustration ©photo de tiers


A l’initiative du Président d’Angola Joâo Lorenço, les Présidents de la RDC, du Burundi, du Kenya et le ministre rwandais des Affaires étrangères, ont enfin trouvé un compromis pour mettre définitivement fin à la guerre qui sévit à l'Est de la RDC. 

Le mini-sommet  a décidé de la cessation des hostilités du M23 à partir du 25 novembre à 18h00,du retrait (dès dimanche) du M23 des zones occupées et retour à ses positions initiales à Sabinyo côté RDC, sous le contrôle des FARDC, de la Force Régionale et MONUSCO. 

Et si les rebelles du M23 refusaient de se retirer, qu'est ce qui va arriver ?

À en croire le communiqué final à l'issue du mini-Sommet de Luanda, « Si le M23 refuse de se désengager et libérer tous les territoires qu’ils occupent actuellement, les Chefs d'Etat de l' EAC instruiront la Force Régionale à faire usage de force pour les pousser à se soumettre». 

Le mini-Sommet de Luanda précise également que «Le Kenya va d'abord déployer son contingent à goma, et ensuite à Bunagana, Rutshuru et Kiwanja lors du retrait du M23 à ses positions initiales non au-delà de la ligne le long de Sabinyo (côté RDC), Bigega, Bugusa, Nyabikona, Mbuzi, Rutsiro… ». 

Ce mini-Sommet avait également prévu  la création d’une zone tampon dans l’Est de la République Démocratique du Congo. 

Powered by Froala Editor

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate