img

Actualités

Après plusieurs tergiversations, l’assemblée de la République Démocratique du Congo vient d’entériner la désignation de Ronsard Malonda à la tête de la CENI, commission électorale nationale Indépendante par les confessions religieuses exceptées les églises catholique et protestante.

A lire aussi RDC/CENI: Ronsard Malonda, une histoire électorale!

La désignation de Ronsard Malonda a créé des profondes frustrations parmi les confessions religieuses car le nouveau président de la commission électorale nationale indépendante est l'un des principaux artisans des trois cycles électoraux qu'ont connu la République Démocratique du Congo depuis l'avènement du troisième République le 18 février 2006.

A lire aussi RDC:”Aucune confession religieuse n’est au-dessus des autres ni des institutions…”, (Confessions religieuses à F.Ambongo)

Pour justifier cette position, la présidente de la chambre basse a expliqué que cette institution n’a qu’un seul rôle celui d’enterinement sur pieds de l’article 12 de la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI.

Cette étape finie, l’assemblée va maintenant transmettre le nom de Ronsard Malonda (désigné par vote après absence de consensus par 6 votes des 8 confessions religieuses) au président de la république, l’autorité responsable de la nomination, pour dispositions pratiques.

Ce procès verbal est au cœur de controverses au sein de la société civile des confessions religieuses composante de laquelle est censé sortir le président de la commission électorale nationale indépendante.

Le 29 Juin dernier, Jeannine Mabunda présidente de l’assemblée nationale avaient reçu les représentants du CLC et des mouvements citoyens Lucha, Filimbi et Congolais Debout qui exigeait la réforme de la loi électorale comme condition sine qua non à la désignation du président de la centrale électorale. Ces mouvements ont exprimé leur déception par le refus catégorique de la présidente de l’assemblée nationale à accéder à leur demande.

En plus, l’église catholique, qui avait pourtant pris part au processus de désignation initié par l’assemblée nationale, s’est opposée à la désignation de Ronsard Malonda, qui a pourtant rempli tous les critères de désignation, ait été désigné parce qu’il faisait partie de l’équipe de Corneille Nangaa à qui on impute toutes les dérives des élections de décembre 2018. Ronsard Malonda, 44 ans, en était le secrétaire technique.

La rue va parler ?

Les prochains jours s’annoncent cruciaux. Dans son homelie en marge du 60e anniversaire de l’Independance de la République démocratique du Congo, Le cardinal Fridolin Ambongo avait prévenu sur différentes marche pour barrer la route à la désignation Ronsard Malonda comme président de la CENI.

Plusieurs mouvements citoyens et partis politiques ont annoncé des manifestations allant dans le même sens.

José-Junior Owawa

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate