img

Actualités

Internationale

Alors que Vladimir Poutine tient à son objectif notamment « la dénazification, la neutralisation et la démilitarisation de l’Ukraine », son homologue français Emmanuel Macron lui a appelé à recadrer le tir car, l’Ukraine n’est pas un pays nazi.

Au téléphone pendant 1h30’, les deux hommes d’États ont eu un échange particulièrement tendu concernant la guère de l’Ukraine.

Selon l’Élysée, le Président français est sorti « pessimiste » au regard de l’objectif de son homologue russe. Car selon lui, Vladimir Poutine a l’intention de contrôler la totalité de l’Ukraine. « Les buts de guerre de Vladimir Poutine n’ont pas changé », a renchéri l’Elysée.

Face à cet état de chose, Emmanuel Macron a tant bien que mal tenté de dissuader Poutine qui veut « dénazifier » l’Ukraine, pays dirigé par un président de confession juive.

« Tu commets une grave erreur : l’Ukraine n’est pas un régime nazi, c’est un mensonge », a déclaré Marcon à Poutine, l’appelant à ne pas se mentir à lui-même.

« Tu te racontes des histoires. (…) Les conditions russes sont inacceptables », a poursuivi le Président français au patron de Kremlin.

Macron inquiet pour les civils

Après cet échange au téléphone, Emmanuel Macron laisse entrevoir une issue de dialogue. « Si Vladimir Poutine décide de faire autrement, une autre voie est aussi possible », a précisé la presse présidentielle française.

Pendant ce temps, l’invasion russe ne cesse de faire des victimes et les derniers bombardements ont fait état de plusieurs morts du côté des civils. Une inquiétude partagée le par E.Macron concernant le sort des civils ukrainiens aux prochaines offensives militaires russes qui pourraient aggraver la situation.

Des allégations rapidement balayées par Vladimir Poutine. « Des crimes de guerre sont commis par les Ukrainiens, qui utilisent des snipers et des boucliers humains », a déclaré le président russe, insistant sur son objectif qui est la « la dénazification, la neutralisation et la démilitarisation de l’Ukraine ». « Les opérations se déroulent selon le plan » poursuit le président russe.

Outre cela, Kremlin a déclaré n’avoir pas bombardé Kiev. « La tour de télévision était un tir ciblé qui n’a pas fait de victime » réagit Moscou, même si le dernier bilan ukrainien concernant cette attaque faisant néanmoins état de cinq morts, contredit cette thèse.

D’une part, la Russie tient à son plan et de l’autre côté, la France tout comme l’Union européenne entend durcir les sanctions pour faire fléchir Poutine et on entourage. La bataille s’avère dure.

Theo Liko

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate