img

Actualités

Société

L’actualité politique de l’heure dans la province de la Tshopo a été passée en revue par le ministre provincial de l’intérieur. Au cours d’un point de presse ce mardi 7 juillet, Jean TONGO BANDAMALI estime que l’ordonnance de la cour d’appel du 6 juillet 2020 vient mettre fin à toutes les tergiversations.

Au cours de ce point de presse, il était question pour le ministre provincial de l’intérieur de passer au peigne fin, l’actualité qui prévaut actuellement dans la province de la Tshopo; à savoir la déchéance du gouvernement provincial ainsi que la mise en accusation à la cour de cassation du gouverneur de province et deux de ses ministres par l’assemblée provinciale, pour détournement des deniers publics.

Pour le ministre Jean Tongo, le gouvernement provincial reste en fonction car la motion de censure n’a pas atteint la majorité absolue telle que exigé par le règlement de l’assemblée provinciale.

Abordant la question de la mise en accusation du gouverneur pour détournement des deniers publics, Jean Tongo lance un défi aux députés provinciaux signataires de la motion de venir lui prouver noir sur blanc et avec des preuves matérielles que le gouverneur a détourné l’argent du contribuable. Il précise que le 2 millions de dollars américains prêtés au prêt de la FBN Bank n’a jamais quitté cette banque.

Depuis le vote de la motion de censure le 25 juin dernier contre le gouvernement provincial de la Tshopo, une crise s’installe entre les deux institutions provinciales. Un vote qui a abouti au résultat tel que 13 députés ont voté pour la motion, 10 contre et 5 bulletins nuls.

Les tentatives de réconciliation de deux institutions initiées par l’archevêque métropolitain de Kisangani ainsi que des certains notables n’ont pas abouti jusque là. L’affaire de ces deux institutions se trouve actuellement auprès des instances judiciaires pour trancher.

Pompon BEYOKOBANA depuis Kisangani

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate