img

Actualités

Le ministre botswanais des Affaires étrangères a déclaré jeudi que la nouvelle administration du président Mokgweetsi Masisi ne changerait pas de position à l'égard de la République démocratique du Congo (RDC) jusqu'à ce que ce pays organise des élections fiables.

Vincent Seretse, nouveau ministre des Affaires internationales et de la Coopération du Botswana, a déclaré aux médias à Gaborone, capitale de ce pays diamantifère d'Afrique australe, que le Botswana continuerait de réaffirmer son mécontentement à l'égard de la RDC.

Le Botswana est intervenu pour critiquer directement le président de la RDC, Joseph Kabila, pour son refus d'organiser des élections attendues depuis longtemps.

Cette décision de M. Kabila engendre des violences meurtrières et une situation d'urgence humanitaire croissante en RDC, a dénoncé M. Seretse.

"Le Botswana appelle la communauté internationale à exercer davantage de pressions sur les dirigeants de la République démocratique du Congo pour qu'ils quittent le pouvoir et ouvre la voie à une nouvelle organisation politique", a dit M. Seretse

 

  1. Seretse, nouvellement nommé, a souligné que cette position était en accord avec la politique étrangère de son pays, ajoutant que le Botswana continuerait de faire connaître ses positions.

"Nous souhaitons que la RDC réfléchisse et organise des élections. Nous voulons que la démocratie l'emporte en RDC", a dit M. Seretse.

 

Le président Kabila a reporté les élections à plusieurs reprises, ce que ses détracteurs dénoncent comme une tentative de conserver le pouvoir.

Dans le même temps, la RDC est actuellement mise à mal par des troubles politiques croissants, dont certains sont soutenus par la puissante Église catholique.

La dernière vague de manifestations en date a été marquée par la mort de plusieurs manifestants, tués par les forces de sécurité, et l'arrestation de plusieurs religieux. F

 

 Agence de presse Xinhua/ élection-net.com

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate