img

Actualités

Politique

Après la guéguerre entre le ministre des Finances et le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI), sur un problème de la transparence de financement des opérations du processus électoral, une question écrite vient d'être adressée à Nicolas Kazadi, pour lui permettre d’éclairer la représentation nationale au sujet des préoccupations fondamentales autour de la gestion et du financement de la CENI.

Le député national John Banza, initiateur de ladite question écrite, veut savoir auprès du ministre des Finances "quelles dispositions légales Nicolas Kazadi tire-t-il les prérogatives de gérer et de contrôler la Commission Électorale Nationale Indépendante qui jouit d’une autonomie aussi bien financière qu’administrative ?"

Et aussi, s'il contribue à assurer la crédibilité, l’impartialité, la neutralité, l’indépendance de la CENI ainsi que la fiabilité de ses opérations lorsqu’il choisit les médias classiques et sociaux pour régler les affaires publiques en lieu et place des canaux officiels ?

Selon cet Elu, "quel est le niveau d’exécution des fonds réservés à la CENI depuis août 2020 qui s’élèvent à 100 millions de dollars américains ainsi que le plan de décaissement du processus dans son ensemble ?", s'interroge-t-il dans ce document du 17 février dont copie parvenue à election-net.com.

Parmi ses 4 questions qui figurent dans ce courrier, Nicolas Kazadi est appelé à expliquer aussi le contour exact du marché des véhicules du personnel de la CENI à l’origine de la controverse. "Sur quelle base Nicolas Kazadi veut gérer ce marché public ?",

Précisons que le ministre des Finances serait déjà notifié de cette question écrite depuis le 18 février et pourra prendre à quelques jours pour préparer ses éléments de réponse à transmettre à l’Assemblée nationale.

Jean-Paul Tshimanga

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate