img

Actualités

Sécurité

La situation sécuritaire au Nord-Kivu et particulièrement en territoire de Rutshuru où des attaques meurtrières de la part du M23 sont signalées depuis le mois d'octobre 2021 continue à inquiéter plus d'une personne au pays.

Dans un communiqué de presse parvenu à Election-net.com ce jeudi 27 janvier 2022, le député provincial Ngaruye Muhozi Emmanuel, élu de Rutshuru, a souligné la récente attaque vient augmenter le nombre des victimes dans cette partie du Nord-Kivu, tout en indiquant que le M23 l'a déclenchée en plein état de siège pour saboter les efforts du chef de l'État.

Il a par ailleurs exprimé sa compassion à l'endroit des FARDC et la population victime d'une "politique sécuritaire et diplomatique d'humiliation" du peuple congolais depuis maintenant près de trois décennies.

Cet élu du Nord-Kivu, a condamné fermement ces attaques répétitives et crimes prolongeant le désespoir de la population malmenée depuis l'AFDL et ses dégénérations jusqu'au M23 actuel.

En outre, ce député a encouragé les Forces Armées de la République Démocratique du Congo et la population à demeurer soudées pour faire face à cette énième agression de la RDC, tout en demandant au gouvernement congolais une requalification des relations diplomatiques avec les pays d'où viennent les mêmes agressions depuis trois décennies. ''[…], une aide d'urgence aux populations victimes, la dotation des moyens conséquents aux FARDC afin qu'elles remplissent efficacement leur mission'', a-t-il indiqué

En rappel, le mouvement du 23 mars dit M23 qui survient dans le Rutshuru au Nord-Kivu avait été défait militairement par les vaillants FARDC sous le commandement du général Bahuma Ambamba, d'heureuse mémoire et de ses valeureux collaborateurs dont le colonel Mamadou Ndala, lâchement assassiné par "les ennemis" de la République.

Après leur défaite, les forces résidus du M23 avait trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate