img

Actualités

Politique

Sécurité

La société civile forces vives du Nord-Kivu a, dans un communiqué de presse prévenu à election-net-com ce mercredi 22 juillet 2020, alerté l'opinion tant nationale qu'internationale sur la présence suivie d'attaques des présumés rebelles, combattants du M23 contre les positions des Forces Armées de la République Démocratique du Congo, en territoires de Rutshuru et de Nyiragongo.

Cépendant, la société civile fustige le fait que les pays ayant accueillis les combattants du M23, n'ont pas empêché ces derniers à mouvoir sans contrôle. Et ce, jusqu'à menacer l'intégrité du territoire national et en foulant aux pieds les engagements pris au terme de l'Accord Cadre d'Addis-Abeba.

Certains faits ont été rapportés par la coordination provinciale de la société civile afin de confirmer ces affirmations.

En date du 20 juillet 2020, des mouvements suspects des hommes armés qui seraient identifiés aux combattants du M23 vers Kabara dans le secteur Mikeno en territoire de Nyiragongo, près de la septième piste de Njerima du Rwanda. Le 21 juillet 2020, d'intenses combats en armes lourdes et légères ont opposé les rebelles du M23 aux FARDC à Bikenge dans la localité Bugira, groupement de Kisigari, dans le territoire de Rutshuru à lisière du parc national de Virunga (Pnvi).

Au vu de la situation, cermenace recommandations ont été notées: au Président de la République, d'ordonner et appuyer dans l'urgence le déploiement des militaires bien formés et bien équipés dans la zone sous menace;

Activer le mécanisme national de suivi de l'accord cadre d'Addis-Abeba afin qu'il mobilise tous ses signataires pour qu'ils tirent toutes les conséquences du comportement des États voisins qui laissent les combattants du M23 menacer la paix et la sécurité en RDC.

Et, au Conseil de sécurité des Nations Unies, à l'Union Européenne, et à la Monusco : à exercer une pression sur les Gouvernements de l'Ouganda et du Rwanda pour le désarmement urgent des combattants du M23 et leur cantonnement pour un rapatriement rapide au pays. Déployer les casques bleus de la brigade d'intervention sur la partie Sud de la province du Nord-Kivu et ce, pour des opérations militaires conjointes avec les FARDC. Ce, afin d'étouffer dans l'œuf toutes les manoeuvres du M23 et ses alliés.

Et enfin, à la population civile de se mobiliser comme un seul homme en apportant tout leur soutien nécessaire aux FARDC et spécialement en fournissant les informations sur le M23 aux services de sécurité tout en faisant confiance à l'armée loyaliste.

A LIRE AUSSI: http://www.election-net.com/nord-kivu-une-position-des-fardc-attaquee-par-les-presumes-rebelles-du-m23-a-bikenke/

En rappel, le mouvement du 23 Mars (M23) avait été défait militairement en 2013. Et à chaque fois qu'il y a une situation politique en République Démocratique du Congo, le combattants de ce mouvement armé tente des attaques contre les positions des forces loyalistes en vue de faire parler d'eux dans les sphères décisionnelles au pays.

La société civile au Nord-Kivu note que ce mouvement rebelle servirait également d'appui aux présumés ADF qui commettent des crimes atroces à l'égard des civils à Beni et en province de l'Ituri.

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate