img

Actualités

Depuis quelques jours, une forte mobilisation de la population malienne et celle de Bamako en particulier, n’appelle qu’au départ du président Boubacar Keita Ibrahim. Et à la tête des manifestants se trouve un homme à l'influence croissante : Mahmoud Dicko. Ancien allié de l’actuel président, « un imam rigoriste qui a su jouer un rôle clef dans la crise sécuritaire au Mali, en parvenant à faire office d'intermédiaire auprès des djihadistes », apprend-on.
Parcours religieux

À 66 ans, Mahmoud Dicko, issu d’une famille de notables de Tombouctou, est une figure familière des Maliens. De janvier 2008 à avril 2019, il préside le Haut conseil islamique (HCI), un poste d'influence dans un pays à 95 % musulman. Si la majorité de la population est composée de sunnites malékites, Mahmoud Dicko incarne un courant rigoriste, inspiré du wahhabisme saoudien, indique-t-on de la même source.

Parcours politique

Selon France24, Mahmadou Dicko a commencé sa carrière politique à la tête du M5-RFP, coalition hétéroclite rassemblant aussi bien des politiques, des militants anticorruption, des personnalités issues de la société civile et des religieux. Il est qualifié d’un imam rigoriste. Il deviendra plus tard l'un des plus fervents critiques du président IBK, jugé par les manifestants comme responsable du recul de la croissance économique et de la persistance de l’insécurité, face aux attaques de djihadistes, notamment.

"Tout le monde est opposé ! Des problèmes communautaires, des problèmes dans l’armée, même entre les religieux… (des) problèmes entre tout le monde… Il y a un malaise dans le pays, il y a une mauvaise gouvernance. Il y a une corruption à ciel ouvert. Je le dis et je le redis !", a-t-il indiqué à RFI en juin.

Ennemi politique de l’actuel président

En 2013, il compte parmi les soutiens à IBK lors de la présidentielle de 2013. L’on signale que l’homme serait même parmi ceux qui voyageaient avec le chef de l’Etat. Il va s’imposer également comme un intermédiaire privilégié avec les djihadistes. Sa connaissance de l’islam et son rigorisme religieux lui conférant un certain crédit auprès d’eux, tandis qu’il jouit d'une relative confiance de la part des élites maliennes. Dans la crise sécuritaire malienne, il est le chantre d'un dialogue avec les rebelles, indique le media français.

C’est en avril 2019, qu’il va obtenir le renvoi du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, en organisant des grandes manifestations. Et c’est ce qu’il fait depuis le 5 juin, d’où le nom, Mouvement du 5 juin (M-5), pour obtenir le départ de IBK. Pour la troisième fois, ils étaient plusieurs milliers de manifestants, vendredi 11 juillet, à Bamako, à répondre à l'appel du "Mouvement du 5 juin — Rassemblement des Forces Patriotiques" (M5-RFP). Va-t-il obtenir cette démission d’Ibrahim Boubacar Keita ? L’avenir nous en dira plus.

Liévin LUZOLO

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate