img

Actualités

Société

Désagréable, inconcevable, inqualifiable…la sidération est totale pour des milliers des familles de lushois qui ont tenu à honorer leurs parents traversés dans l’au-delà et enterré au cimetière Penga-penga de Lubumbashi.

Ce cimetière n’existe presque plus. Beaucoup de tombes sont déjà profanées pour les uns et rasées pour les autres. Ce constat amer a révolté les familles des défunts qui n’ont su se recueillir sur les tombes des leurs en ce 1er Août 2019, journée consacrée aux morts en RDC.


Qui un père, qui une mère dont la tombe est vide ou irretrouvable, la tristesse a fait place à la colère « chaque 1er Août je viens ici honorer la mémoire de mon père, mais aujourd’hui je ne retrouve pas sa place ni aucune trace » s’alarme Kasongo avec larme aux yeux.
« Je ne retrouve pas la tombe de mon défunt mari. Il n’y a rien ici mes frères. Où allons-nous mes frères, il n’y a plus de respect pour les morts » s’écrie une femme d’une quarantaine révolue.

Et pourtant, depuis un temps la presse avait alerté la mairie sur cette profanation des tombes dans ce cimetière par des briquetiers en complicité avec certains responsables du quartier Mampala où se trouve cette nécropole l’un des plus grands de la ville fermée par la ville pour saturation.


Des témoignages concordants attestent que des maisons ont été construites tout au long du flanc nord de cimetière «  et ce jeudi 1er Août ? L’hôtel de ville a déployé des engins qui ont rasé toutes les maisons érigées dans ce cimetière. En conséquence, c’est un terrain vide qui remplace le cimetière.
La Mairie indexée laa profanation couplée à la spoliation ne datent pas d’hier.

C’est une situation qui a plusieurs fois dénoncée par les médias locaux ainsi que la société civile locale. Depuis plus de cinq ans, à chaque célébration de la journée des parents les familles alertaient les autorités. Toutes les démarches à la mairie ont toujours reçu une fin de non-recevoir.

Pas plus tard que la semaine dernière, une radio locale a contacté le gardien des cimetières sur cette question, Monsieur Cyril Mulaja s’est arrêté à décrié les faits. C’est toujours la même réaction qu’affichent les cadres de bases du quartier cité.

Certaines langues accusent l’ancien maire de la ville Jean Oscar Sanguza d’avoir cautionné cette spoliation pour une vente des terrains alors que l’actuel maire Lubaba Buluma d’inaction depuis que des alertes ont été lancées sur cette situation.

Pour l’histoire, le cimetière Penga-Penga a pendant longtemps été le plus grand cimetière de la ville de Lubumbashi qui était à la bourse de toutes les couches sociales de la population alors que le cimetière de Sapin quant à lui recevait les familles des nantis.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate