img

Actualités

Les éléments de la police nationale congolaise/ville de Kananga ont fait usage ce midi des bombes lacrymogènes pour disperser environ une centaine de personnes dans un cortège funèbre.

L'incident a créé une panique passagère entre les avenues Noella de Rover, docteur Étienne tshisekedi et Lulua non loin du carrefour Saint-Clément en plein centre-ville de Kananga .

A en croire les témoins, ces agents de l'ordre déployés pour faire respecter la mesure interdisant les rassemblements de plus de 20 personnes pour faire face à la propagation de Covid-19, ont eu une vive altercation avec des jeunes qui transportaient le cercueil vers le cimetière du centre-ville.
C'est au refus de ces derniers d'obtempérer à l'ordre de la police de se constituer en un nombre réduit , que le feu a été ouvert pour les disperser, précise-t-on.

C'est le deuxième incident en l'espace de deux jours consécutifs au chef-lieu du Kasaï Central après l'émeute de militants de l'udps jeudi 28 mai dernier , dispersés par la police alors qu'ils tentaient de manifester contre la destitution de Jean-Marc Kabund au bureau de l'Assemblée nationale de la République démocratique du Congo.

Van F. Tshilanda

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate