img

Actualités

Société

Depuis une semaine, une maladie non encore identifiée terrasse la porcine et caprine dans la périphérie de la ville de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga.

Déjà on dénombre plus de 500 porcs qui ont succombé dans le territoire de Kasenga à 215 km de Lubumbashi, les mêmes plaintes sont formulées sur l'autre axe à Sakanya à la frontière de la ville Zambie de Ndala.

La désolation est totale "La maladie qui les derange est celle que l'on appelle maladie des porcs ce n'est pas seulement dans notre ferme, c'est partout. Certains ont même perdu 300 têtes " explique Alphonse qui élève les porcs depuis sa jeunesse.

Les bergers et porchers assistent impuissant à la diminution des bétails aucun traitement n'est adapté étant donné que la pathologie n'est pas encore identifiée par les vétérinaires.

La maladie se manifeste par une apparition des tâches noirâtres sur le corps de bêtes avant de les affaiblir et les maigrir en un temps très court.


Pour l'heure, les veterinaires proposent un renforcement des mesures hygiéniques dans les porcheries.

"Nous avons constaté un taux elevé de mortalité des porcs. La mesure à prendre ,c'est d'abord le renforcement des mesures hygiéniques parce que nous ignorons jusque là s'il s'agit de la peste ou d'une autre maladie. La population doit vraiment éviter de consommer la viande des animaux morts." affirme Felicien Kanyinda, médecin vétérinaire.

Le ministre provincial de l'agriculture, pêche, élevage et alimentation promet de diligenter une mission à Kasenga pour identifier la maladie " nous avons été saisi par l'administrateur du territoire de Kasenga qui nous a alerté sur au sujet d'une étrange maladie qui décime les populations de porcs…une équipe des médecins vétérinaires va descendre sur place… mais j'invite la population à ne pas paniquer et à consommer la viande de chèvres et de porcs…le gouvernement provincial dirigé par Jacques Kyabula prends cette question à bras le corps car il en va de la survie de plusieurs ménages en province" a expliqué Thierry Maghoma.

Chris Lumbu

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate