img

Actualités

Les enfants dits de la rue de la ville de Goma sont insouciants de la pandémie de Covid 19. En dépit de ce qu’ils savent et entendent sur la pandémie, ceux-ci ne mettent pas en pratique tous les gestes barrières, un constat fait ce vendredi 8 mai 2020, dans certains coins de la ville de Goma.

Interviewés par election-net.com, ces enfants qui vivent dans la rue reconnaissent, dans un premier temps, l’existence de cette maladie qui, malheureusement, n’est pas prise avec tout le sérieux possible. Car, ils ont estimé qu’ils sont protégés par une puissance divine et non en observant une quelconque mesure édictée par les autorités.

«Nous connaissons que le covid 19 existe, mais nous n’avons jamais vu une personne mourir de cette maladie. Nous nous sommes protégés par Dieu, et ceux qui pensent que cette maladie tue les noirs, ils se trompent », a indiqué à election-net .com, Philémon Bakuru Hamuli, un parmi de ces enfants.

Ce qu’ils savent de cette pandémie ?

Ces enfants ont toute l’actualité sur les statistiques de personnes qui meurent sous d’autres cieux du Covid 19. Néanmoins ils disent ne pas respecter tous les gestes barrières par manque de moyens, tout en accusant les sensibilisateurs de ne pas à penser à eux lors de toutes les descentes orientées dans la riposte contre le covid 19.

« Nous suivons ce qui se dit à la radio même à la télévision sur cette pandémie. Oui, elle est mortelle, mais nous n’avons pas des moyens pour nous protéger. Les masques sont payables, malheureusement nous n’avons pas de moyens. Et si l’on pouvait nous les faire gratuitement, cela nous aiderait aussi », a précisé à election-net .com, AMANI Bilnaden, un parmi ces enfants, avant d’appeler les autorités à ne pas les oublier. Car, ils se disent être plus exposés dès par leur condition de vie.

Quand les conséquences du Covid 19 influent sur leur vécu

«A cause de cette maladie nous ne sommes pas en train de voir tous les hommes riches qui nous donnaient quelques choses, voilà pourquoi nous commençons à passer la nuit sans manger. Oui, cette maladie ne peut pas nous tuer mais c’est plutôt ses conséquences comme la faim, le manque de boulot qui peuvent nous tuer », a ajouté à election-net.com, AMANI Bilnaden.

Pour rappel, dans son rapport publié à la fin du mois de février, le parlement d’enfants, zone Est, a répertorié 651 enfants de la rue qui vivent sans assistance aucune.
La plupart d'eux, après avoir déambulé dans des marchés et endroits publics à Goma, passent la nuit à la belle étoile

Prince Bagheni, à Goma

About Author

leave a comment

Powered by Google TranslateTranslate