UNILU/ACASUL : Ces revendications des professeurs pour reprendre les cours

La Vue de l’université de Lubumbashi. Photo de tiers.

Ecouter cette information
401 Vues

Dans une déclaration ce lundi, le syndicat des professeurs a conditionné la reprise des cours par la maîtrise de la pandémie du Coronavirus en République démocratique du Congo. L’Acasul indiqué depuis le début de cette maladie, plusieurs membres du corps professoral et académiques sont morts faute d’une prise en charge médicale adéquate.

“Depuis le 20 Mars 202 jusqu’à ce jour, l’enseignement supérieur et universitaire de la RDC a enregistré plusieurs décès des professeurs, chefs de travaux et assistants. Cette situation révèle de manière explicite non seulement la prise en charge mitigée dont bénéficient ces personnels qualifiés, des lampes-torches de la République mais aussi la précarité de son système immunitaire due à sa situation socio-économique et infra-humaine.” a indiqué le professeur ordinaire Jean-Claude Moket, secrétaire général de l’association du corps académiques, scientifiques de l’Université de Lubumbashi (ACASUL).

Ainsi ce mouvement syndical s’est aligné sur la prise de position de leurs confrères professeurs de l’université de Kinshasa. Ils fustigent la posture du gouvernement actuel qui ne s’est penché le social du corps académiques.

REVENDICATIONS

Regroupés dans l’avant-midi de ce lundi 22 juin 2020 à l’entrée de la faculté de médecine humaine à côté de la plaine Tshombe, les membres de l’Association du Corps Académique et Scientifique de l’Université de Lubumbashi ont lu une déclaration de 4 minutes en présence des médias .

“ le gouvernement de coalition de cesser d’être un copier-coller de gouvernement précédent dont nous décrions beaucoup des maux dont l’absence de la justice distributive entre différentes classes, l’absence de la volonté politique de satisfaire à nos revendications tout à fait rationnelles. La présentation d’un chapelet de bonnes intentions qui se muent toujours en promesses sans suite et en fin, la politisation à outrance de l’enseignement supérieur et universitaire jusqu’à en faire un véritable champ de Mars plus tôt qu’un terrain de recherche pour l’intérêt supérieur de la nation” fustige l’Acasul

Le représentant du corps académique et scientifique de l’Unilu a rappelé au gouvernement actuel de faire en sorte que toutes les revendications des enseignements doivent bénéficier d’un traitement en procédure d’urgence. C’est notamment : les manques à gagner 2017-2018 et 2018-2019, l’impôt perçu sur les véhicules des professeurs, la mécanisation de certains professeurs, l’octroi des frais de fonctionnement des ESU…

“Le salaire de 5 000 dollars américains pour un professeur associé avec une pension rationnelle aux autres catégories et réalistes au regard des missions confiées à cette catégorie socioprofessionnelle” déclare-t-il.

Concernant la reprise des cours dans cette institution d’enseignement supérieur et universitaire, le secrétaire général de l’Acasul Jean-Claude Moket note que le gouvernement doit le savoir d’ores et déjà que tant en mode virtuel qu’en mode physique, cette continuation des enseignements est conditionnée non seulement par la maîtrise de la covid-19 mais aussi et surtout par la satisfaction de leurs revendications.

Le syndicat des enseignants affirment que l l’ACASUL restet ouvert aux négociations.

Chris Lumbu