RDC: Tshisekedi à Kamerhe : “mon objectif n’est pas de voir le méchant périr, mais plutôt qu’il change”

Portrait du président congolais Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Ph. compte tweeter de la Présidence RDC

Ecouter cette information
414 Vues

Silencieux depuis le début du procès dit des 100 jours, Felix Tshisekedi a profité de son allocution à la Nation pour revenir sur ce dossier judiciaire qui a vu son Directeur de cabinet et son bras droit, condamné en première instance à 20 ans de prison et des travaux forcés.

Pour le chef de l’État, ce procès doit servir de leçon et un signal qui sonne la fin du coulage des deniers publics

« Je souhaite que l’expérience douloureuse révélée au cours du procès en rapport avec le Programme des 100 jours, tourne définitivement la page de la longue série de projets et programmes qui, à travers l’histoire, ont donné lieu à d’importants coulages de ressources. L’engagement que j’ai pris devant vous, devant ma conscience et devant Dieu, c’est de donner la chance à tous les congolais, sans exclusive, d’envisager l’avenir en toute liberté et en toute quiétude, mais sur de nouvelles bases morales.” a dit le Chef de l’Etat. Et d’ajouter qu’il ne s’agit nullement pas de punition mais de pédagogie.

« M’inspirant des saintes écritures, mon objectif n’est pas de voir les méchants périr, mais plutôt qu’ils changent, qu’ils soient sauvés et que le pays tout entier s’en réjouisse,” a poursuivi le président de la République dans le traditionnel discours à la Nation.

Et il prévient tous les gestionnaires que rien ne sera comme avant.

« En soixante années, nous avons progressivement laissé notre classe politique se transformer en une sorte de maffia, et nous en avons fait le principal modèle de réussite pour cette jeunesse”, a-t-il indiqué.

Toujours sur le volet de lutte contre la corruption, le chef de l’État affirme qu’il n’est pas prêt à abdiquer

« J’ai également pris l’engagement de mettre un terme à l’impunité, pour donner un sens à la lutte contre la corruption et les antivaleurs. Car celles-ci sont à la base de presque tous les maux dans les différents secteurs de la vie nationale.”

Pour rappel, Vital Kamerhe directeur de cabinet du chef de l’État a été écroué par la justice pour détournement des fond destinés à la construction des maisons préfabriquées. Le chef de l’État n’avait jamais donné sa position sur le dossier.

Chris Lumbu