RDC-CENI: ces recommandations des évêques catholiques à Jeannine Mabunda

Jeannine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale/ RDC lors de la réunion interinstitutionnelle avec le chef de l'État, Félix Tshisekedi à la cité de l'Union Africaine de Kinshasa.

Ecouter cette information
806 Vues

La Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), a dans une lettre adressée à Jeannine Mabunda, présidente de l’Assemblée Nationale, consultée par election-net.com ce mardi 23 Juin 2020, a salué avec satisfaction l’initiative de Jeannine Mabunda, celle de réunir les représentants de la plateforme des confessions religieuses le lundi 22 Juin 2020.

Ce, afin d’éclairer la lanterne sur ce qui s’était réellement passé dans le processus de désignation d’un candidat commun à la présidence de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

Abbé Donatien NShole Babula, secrétaire général de la CENCO et porte-parole s’est réjouit de constater que la présidente a été témoin de deux faits qui excluent l’hypothèse d’un vote régulier dont le résultat serait de 6 voix contre 2.

Cependant, il rappelle que le Bishop Sony Kafuta, représentant des églises de réveil avait avoué devant l’assemblée qu’il a levé la main en faveur de tous les trois candidats. Ce qui suscite un questionnement, celui de savoir comment celui qui vote pour choisir le meilleur candidat peut-il voter pour trois fois ? Eu égard, la CENCO demande d’où serait venue le résultat de 6 contre 2.

“La vérité c’est qu’il avait bien compris la question du président de séance qu’il s’agissait de s’exprimer pour les candidats sur lesquels l’Assemblée pouvait encore discuter dans la recherche d’un consensus”, a indiqué abbé Donatien NShole Babula.

Par ailleurs, il a évoqué un deuxième cas celui, de Cheik Abdallah, représentant de la communauté islamique au Congo, qui n’a nié le fait qu’il était le dernier intervenant à prendre la parole dans la salle et qu’il a proposé une troisième voix consistant à remettre sur la table les 3 candidats que l’assemblée avait laissé de côté.

“Comment quelqu’un qui vient de voter pour conclure un processus peut-il encore proposer une troisième voie contre ce prétendu vote?”, s’est-il questionné.

Enfin, la CENCO estime qu’il est manifestement établi qu’il n’y’a pas été organisé un vote dans l’esprit de l’article 17 de la charte de la plateforme des confessions religieuses. Ainsi, il est recommandé à Jeannine Mabunda présidente de l’Assemblée nationale, d’user de la Sagesse en cette matière pour laquelle le peuple congolais reste très regardant et d’oeuvrer en faveur d’une solution admissible qui assure toute la population congolaise.

“Permettez-moi de finir en vous informant que la CENCO, et l’ECC recommandent comme d’autres organisations de la société civile, qu’il y ait d’abord des réformes consensuelles, particulièrement, celle de la loi portant organisation de la CENI, avant de poursuivre les pourparlers pour les candidats du bureau de cette institution d’appui à la démocratie”, chute t-il dans cette correspondance.

Prince Bagheni