Procès 100 jours : «c’est Félix Antoine Tshisekedi qui est derrière le calvaire de Vital Kamerhe»,Georges Kasongo

Le candidat de l'opposition congolaise Félix Tshisekedi (d) et son directeur de campagne Vital Kamerhe (g), saluent leurs partisans à leur arrivée à Kinshasa, le 27 novembre 2018. afp.com/John WESSELS

Ecouter cette information
1 114 Vues

Le procès en appel pour le leader de l’Union pour la nation congolaise UNC est fixé ce 24 juillet 2020, à la  cour d’appel de Kinshasa Gombe. condamné à 20 ans de travaux forcés , pour détournement des fonds alloués dans le cadre de 100 jours notamment ,pour l’achat des maisons préfabriquées pour les militaire s et policiers. Vital Kamerhe connaîtra définitivement son sort après cette nouvelle audience pour clôturer sa saga judiciaire.

Dans une interview accordée à Election-net , Georges Kasongo  analyste politique estime que  ces  nouvelles nominations faites  au sein de la justice surtout, à la cour d’appel de Kinshasa Gombe et la cour constitutionnelle  ne rassurent pas , et ont une motivation pour  le  prochain procès du second degré  de Vital Kamerhe. Pour lui, seul  l’actuel président Félix Antoine Tshisekedi est derrière le calcaire  de Vital Kamerhe.

Cependant, indique-t-il, que ces juges «iniques» ont prononcé au premier  degré  un jugement inique dans un tribunal inique, et  ont été primés, élevés chacun en ce  qui les concernent pour maintenir la condamnation  définitive pour ce membre du CACH, coalition au pouvoir de l’actuel président Félix Tshisekedi.

«On cherchait toujours qui est derrière ce procès ,ceux qui manipulent la justice au nom de l’État de droit. On a plus confiance en cette justice» a déclaré Georges Kasongo.

Par ailleurs, il dit être  dubitatif quand à l’acquittement du directeur de cabinet du chef de l’État ,mais pense pour  une réduction de peine pour l’ex président de l’Assemblée nationale. «Les espoirs s’envolent, c’est un procès politique parce-que avec les mêmes juges,le décor est planché à la cour d’appel pour maintenir  la condamnation», conclut-il.

Patrick Félix Abely