Nord-Kivu: Des personnes blessées, d’autres arrêtées et des téléphones emportés dans la manifestation des ”Pro-Kamerhe” à Goma

Quelques militants de l'UNC dans une marche de soutien à Kamerhe à Goma. Photo de Tiers

Ecouter cette information
402 Vues

L’Union pour la Nation Congolaise, (UNC), Fédération de Goma, a qualifié de “violente” la répression de sa marche par les éléments de l’ordre de la ville de Goma au Nord-Kivu ce mercredi 17 Juin 2020




Les militants de ce parti politique voudraient à travers cette marche voulue pacifique réclamer la justice équitable et l’acquittement de leur leader Vital Kamerhe.

Selon Adrien Mushomo, Porte parole de l’UNC au Nord-Kivu, son parti avait pris le soin d’informer le Maire de la ville de la tenue de cette marche, et a été surpris de constater un dispositif important des hommes en uniforme devant les diffèrents bureaux du parti tôt le matin de ce mercredi 17 Juin 2020 dans la ville de Goma.

Le porte-parole de cette structure politique à Goma relate que c’est au moment que ses militants s’apprêtaient à commencer la marche selon l’itinéraire communiqué à l’autorité urbaine, que ceux-ci ont été “violement dispersés” à coup des gaz lacrimogènes.

Quoiqu’il en soit, soutient Adrien Mushomo, le mémo de son parti a bel et bien été déposé au Chef de bureau de la Monusco Nord-kivu qui a promis le transférer fidèlement à sa hierarchie.

Le parti de Vital Kamerhe dénonce l’usage des pratiques contre lesquelles ils indiquent s’être battus durant le règne de l’ex-président Joseph Kabila.

Au sujet du bilan, l’UNC indique que deux personnes ont été blessées dont l’une gravement, quatre ont été arrêtées; 10 motos arrêtées dont deux portées disparues et 11 téléphones portables emportés, précise-t-on.

Prince Bagheni, à Goma