Lubumbashi: Les morgues de la ville saturées, la peur s’installe

Ave Du 30 Juin, Lubumbashi, République démocratique du Congo. Photo de tiers.

Ecouter cette information
5 145 Vues

Un signe indien plane sur la ville de Lubumbashi. Depuis trois semaines les morgues de la ville sont débordées. Il est presqu’impossible de trouver une place dans les frigos mortuaires à ce jour. La situation est beaucoup plus compliquée pour les corps venus de l’extérieur de l’hôpital. La ville enregistre des morts en cascades qui inquiètent plus d’une personne.

De Sendwe à Don-bosco en passant par les cliniques universitaires, Gecamines sud, SNCC ou encore les morgues des centres de Référence, les frigos mortuaires sont inondés.
Des témoignages concordants recueillis auprès des services mortuaires de certaines morgues, certaines familles négocient pour que leurs morts soient placées sur les parquets en attendant une probable évacuation de frigo mortuaire.




La morgue de l’hôpital général de Référence Sendwe qui dispose d’une chambre froide connaît des dysfonctionnements couplés aux coupures intempestives du courant. Ces odeurs ocres indisposent déjà le voisinage qui ne retient plus ses plaintes. Face à cette difficulté réelle, certaines familles ramènent carrément les corps à domicile face à l’intransigeance des croque-morts et certaines autres se réfugient aux morgues de la cité de Kipushi située à trente kilomètres de la ville de Lubumbashi.

La bonne affaire des cimetières

Si les cimetières n’ont jamais connu de carence, ces derniers temps, ils sont très sollicités. Déjà le service d’octroi des permis d’inhumation est pris d’assaut par des files de demandeurs. À titre d’exemple, rien que pour la journée du mardi 09 juin 2020, “ ce service a délivré 20 permis d’inhumation pour la luxueuse et onéreuse nécropole “Rivière des Anges de Kasangiri” a expliqué à election-net.com, un agent de la mairie sous le sceau de l’anonymat “ c’est une première et un record pour ce cimetière “ a renchéri l’agent.

Dans les autres cimetières de la classe moyenne et du bas-peuple, la situation est aussi intenable qu’étonnante.” Des cortèges défilent ici au point qu’on avoisine la centaine d’inhumation “ par jour. Il nous faut être vigilant pour vérifier que chaque enterrement est en ordre. Mais ce que je vois est étonnant “ a expliqué le gestionnaire du cimetière Kashamata situé dans à une dizaine de kilomètres de la ville sur la route Kasumbalesa.

Plusieurs témoignages concordants affirment que la situation est presque la même au cimetière” Mukwemba” dans la commune annexe sur l’autre axe.

Étrange similarité de mort…

Selon plusieurs médecins ainsi que familles, la plupart des de décès sont causés par “la crise cardiaque” et “mort subite”. Cette similarité des cas soulèvent plusieurs questions.

Interrogé par Malaika radio et télévision, le docteur Pablo Ngwej vice-président de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga a appelé la population à la vigilance et à respecter les gestes barrières face à cette montée de cas décès qui inquiètent la ville. Toutefois, il s’est gardé de lier ces cas de décès à la Covid-19.

D’autres analysent lient recrudescence de décès à la période. Le passage de la chaleur au froid entraîne tout un cortège de maladies qui peuvent expliquer ces morts inhabituées observées à Lubumbashi. Toutefois, les mêmes observateurs craignent que la pandémie ne prennent une autre forme dans cette région.

La mairie interpelle

Face à cette situation, le maire de la ville vient de renouveler la mesure portant interdiction d’accéder au centre-ville sans masque. Une mesure qui va s’appliquer surtout chez les chauffeurs invités à ne transporter que les personnes portant leurs masques sous peine de sanctions exemplaires.

Chris Lumbu