dim. Mar 29th, 2020

Kisangani : DGRPT et taximen, le bras de fer autour de taxe !

Ecouter cette information
280 Vues

24 heures nous séparent du début de recouvrement forcé des plaques d’immatriculation pour motos, prévue pour le 27 février 2020. Mais le taximen semblent ne pas toujours décolérer. Ces derniers ne sont pas d’accord avec le paiement de taxe de la plaque d’immatriculation.

Certains taximen rencontrés par election-net.com dans les rues de Kisangani ce mercredi 26 février 2020, rejettent en bloc l’idée de payer 61 $ par moto, exigeant la réduction à la baisse du montant.

“Nous n’allons pas payer ces 61$, peu importe ce qu’ils vont faire. Ils n’arrangent pas les routes mais nous demandent de payer le taxe, pourquoi ?”, s’interroge un motard rencontré dans la commune Makiso.

Un autre a déclaré que “si le gouvernement veut que nous puissions payer cette taxe, qu’il la réduise à 20$. Nous gagnons combien par jour pour payer d’abord 61$”?

Dans une interview accordée le mardi 25 février 2020 dernier à la presse dans son office de travail, le Directeur général adjoint de la Direction Générale des recettes de la province de la Tshopo, avait précisé qu’au cas où la moto est saisie, le propriétaire sera obligé de payer une pénalité évaluée à 100% du montant global hormis les frais de la fourrière équivalant à 30$. Ce, avant de récupérer l’engin.

Il a également indiqué que le recouvrement forcé n’est qu’une étape du recouvrement, loin d’être la guerre ou un bras-de-fer que les assujettis doivent engager contre l’autorité.

Pompon BEYOKOBANA depuis Kisangani

Electionnet vous interdit totalement de copier le contenu de son site web