ven. Mai 29th, 2020

Kinshasa: Mike Mukebayi de nouveau réclamé par la justice

Mike Mukebayi, député provincial de Kinshasa lors d'une audience foraine à la prison de Makala/ photo tiers

Ecouter cette information
488 Vues

Le député provincial de Kinshasa, Mike Mukebayi est de nouveau réclamé par les instances judiciaires de la République Démocratique du Congo à moins de deux mois de sa sortie de prison.




En effet, dans une correspondance adressée au président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, Godefroid Mpoyi, le procureur Général près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe, Pascal Mukonkole Katambwe a sollicité la levée des immunités parlementaires de l’élu afin de lui permettre de mener à bien ses poursuites judiciaires.

“J’ai l’honneur de vous faire parvenir sous ce couvert, pour disposition et compétence, mon réquisitoire n°1830/RMP.1644/PG.23/a/KOI/2020 du 13 mai 2020 se rapportant à l’objet repris en marge ( Ndlr: réquisitoire du Procureur Général aux fins d’obtenir autorisation des poursuites contre l’honorable Député Provincial Mike Mukebayi Nkoso)”, se contente d’annoncer le procureur Général près la cour d’appel de Kinshasa/Gombe au président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa sans donner d’autres détails la nature de l’affaire, du moins sur la copie de la correspondance parvenue à election-net.com.

Néanmoins, selon des sources proches de l’APK, la démarche du procureur Général pourrait se rapporter à la plainte du même Godé Mpoyi contre le groupe de “dénonciateurs” du chantier de l’organe délibérant de la capitale congolaise qui aurait connu des graves surfacturations des prix renforçant la thèse d’un possible détournement des fonds publics.

Dans cette affaire, plusieurs journalistes sont également poursuivis. Reste à savoir si cette réquisition est vraiment liée à ce dossier car depuis l’installation du bureau définitif de l’Assemblée provinciale de Kinshasa, le député provincial Mike Mukebayi est considéré comme étant l’un des opposants farouches de Godé Mpoyi.

A noter également que depuis son arrivée au pouvoir le 24 janvier 2019 après 18 ans du régime Kabila, le chef de l’État congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a fait de l’instauration de l’État de droit son cheval de bataille.

Depuis début avril dernier, plusieurs personnalités du pays sont poursuivies par la justice congolaise pour des soupçons de détournement des deniers publics dont les plus emblématiques restent de loin, les gestionnaires du programme d’urgence des 100 jours du chef de l’État, notamment le Directeur de cabinet Vital Kamerhe.

Cette vague de poursuites judiciaires s’est étendue dans les provinces telles que Kinshasa où les ministres de l’ancien Gouverneur André Kimbuta, Guy Matondo sont ont été condamnés par la justice.

José-Junior Owawa

Copyright © Electionnet 2020. Tous droits réservés.
Electionnet vous interdit totalement de copier le contenu de son site web