Kasekwa à Tshisekedi : ”il n’a rien dit sur la présence des troupes étrangères sur le sol Congolais..

Des affrontements entre l'armée et des miliciens au Kasaï. Ph illustrative.

Ecouter cette information
542 Vues

Après le discours du président Félix Tshisekedi prononcé à l’aube du 60 ème anniversaire à l’occasion de l’accession de la République Démocratique du Congo, à son indépendance ce lundi 30 Juin 2020.

Le député National Muhindo Jean-Baptiste Kasekwa a pris aussi sa parole pour commenter, le speech du chef de l’État. L’élu de Goma dénonce pour sa part le silence du président sur la présence sur le sol congolais des armées des pays voisins, bien connus.

”il n’a rien dit sur la présence de troupes sud soudanaises, ougandaises, burundaises, Angolaises, Rwandaises et celles de la République centrafricaine sur le sol congolais, est-ce que ces troupes sont sur notre sol par une invitation officielle ou en visite diplomatique, qu’est-ce qui lui a manqué pour dénoncer la présence de ces troupes en RDC ?”, s’est-il interrogé.

Par ailleurs ce parlementaire indique que les troupes zambiennes occupent deux localités de la province du Tanganyika depuis près de trois mois .
”Le fait que le président a fini ce discours sans dire aucun mot sur la question”, inquiète cet élu de la ville touristique.

”…est ce la trahison ou la complicité?, voilà les questions qui ne sont pas répondues. C’est vrai, il a lancé des offensives contre certains groupes armés, mais quel est le bilan qu’il a fait ?”, a t-il indiqué.

Cependant, il a fait savoir que la situation de tueries est plus dramatique que Coronavirus d’où sa demande au président de la République à décréter aussi un État d’urgence sanitaire où tous les efforts seront capitalisés pour une seule bien définie.

”Et, si le président est de bonne foi qu’il proclame un Etat d’urgence sur la situation sécuritaire et que toute l’attention se focalise sur Beni, Ituri et dans les autres milieux où sont enregistrés les cas de tueries, et pendant trente jours que le Ministre de la défense vienne devant l’assemblée nationale pour soliciter la prorogation de l’État d’urgence sécuritaire et là au bout de 60 jours ou trois mois nous pouvons arriver à bout de ces massacres, ces tueries. Et, l’année prochaine, il ne va pas répéter les promesses non tenues comme son prédécesseur Kabila”, a t-il chuté.

Prince Bagheni, à Goma