mer. Jan 22nd, 2020

Kasaï Central : Lutte contre la prostitution à Kananga, nouveau défi de la FMMDK.

343 Vues

Une structure d’encadrement et de la promotion des droits de la femme au Kasaï Central, Femme main dans la main pour le développement du Kasaï Central ( en sigle la FMMDK ) veut voir un terme mis à la prostitution qui se pratique en plein air aux heures vespérales dans certains coins de la ville de Kananga.

La secrétaire exécutive de cette ONG, Nathalie kambala Luse a salué l’arrestation par la police nationale congolaise de la ville le weekend dernier de six professionnelles de sexe dont elle a obtenu la libération le dimanche 12 janvier dernier à la suite de son plaidoyer après les avoir écoutées dans le lieu où elles ont été détenues. “ Je salue le travail fait par la police en arrêtant ces femmes qui exhibaient leurs corps intimes dans les endroits qu’on a récemment dénoncé à la recherche des hommes; Bravo au commandant de la ville ! Je suis allée rencontrer ces femmes en leur lieu de détention et j’ai été touchée par les motifs qu’elles m’ont donnés et qui les poussent à cette pratique qui leur procurent, m’ont-elles dit, des moyens pour répondre à leurs charges. Elles ont des enfants qui, parfois ne connaissent pas leurs pères et des grossesses dont elles ne sont pas sûres des auteurs… Nous allons vraiment nous investir pour chercher un financement pour leur autonomisation avec des activités génératrices des revenus” a-t-elle promis.

A Kananga, des scènes de sexualité se pratiquent à l’air libre autour de 19h dans certains endroits notamment dans les installations de la division provinciale de la jeunesse, à côté de la direction générale des Impôts sur l’avenue André Guillaume Lubaya, communément appelée de la mort, derrière les installations de la Cadeco et du Bureau de la Ceni , à côté du monument Mukenge Sha Bantu sur l’espace vide le long des avenues des ministères pour ne citer que ceux-ci et bien d’autres non éclairés de la ville.

Nathalie kambala demande au nom de son organisation au pouvoir public provincial d’éclairer la ville spécialement dans ces endroits supposés suspects pour décourager cette pratique qui selon elle, défavorise l’être féminin.

Van Frédéric Tshilanda depuis Kananga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *