Kasaï Central : Débâcle du programme de 100 jours de Félix Tshisekedi, Denis Kambayi pour un contrôle parlementaire.

Ecouter cette information
855 Vues

Les travaux inscrits dans le programme d’urgence de 100 premiers jours du chef de l’État n’ont pas du tout été ressentis au Kasaï Central.

Si partout à travers la République, les habitants se sont réjouis de quelques ponts jetés ça et là, de quelques routes d’importance capitale ouvertes et des travaux sur les services sociaux de base réalisés, la population de cette province au centre du pays dit n’avoir rien bénéficié et s’indigne de demeurer “ victime de toutes les gouvernances qui se succèdent au sommet de l’État“.

L’affaire suscite depuis un temps des polémiques à travers les médias locaux sur celui à qui on a confié les fonds pour la réalisation de ces travaux.

Au Kasaï Central, seulement une école a été réhabilitée ( l’école primaire Lama Bantu), une autre peinturée ( l’institut Muludiki) dans une même entité, la commune de Katoka en dehors d’un mini-marché à katoka 2 et pont jeté sur la rivière du même nom et dont un élu de la ville, devenu Ministre de la formation professionnelle, Art et métier , John Ntumba Panu Pankole s’est attribué paternité des travaux.

Du coup, dans la foulée des inquiétudes, plusieurs centrekasaïens accusent ce haut commis de l’État, fils du terroir d’avoir détourné ces fonds et en avoir fait une propriété privée pour “des fins populistes“.

Plusieurs équipes de la présidence de la République ont été déployées dans la zone pour tenter d’évaluer le niveau d’exécution de ces travaux qui auraient dû s’élargir sur bien des chantiers selon le planning de la présidence dont Election-net.com a parcouru le contenu, mais jamais des résultats rendus publics.

Un sénateur de la province dit s’en préoccuper et promet un contrôle parlementaire pour faire toute la lumière à la session de Mars prochain.

Denis Kambayi Tshimbumbu indique qu’il mettra à profit ses vacances parlementaires pour descendre à sa base au Kasaï Central faire son constat et écouter les habitants sur leurs desiderata.

Aucun sou déboursé par le Trésor public pour la réalisation de ces travaux ne disparaîtra ! Je vais descendre sur terrain pour mon constat et nous interpellerons les responsables au niveau national pour établir les responsabilités” a-t-il promis.

Le programme de 100 jours du chef de l’État est antérieur aux gouvernance de chefs des exécutifs provinciaux car ayant été lancé le 29 février 2019 avant l’investiture de Gouverneurs des provinces par ordonnance présidentielle le 29 Avril 2019.

Van Frédéric Tshilanda depuis Kananga