Conseil de sécurité: La Russie et la Chine préparent elles un grand retour en République Démocratique du Congo ? Spécial

06 janvier 2019

Le conseil de sécurité n'est de nouveau pas à la hauteur alors que la Russie, la Chine et l'Afrique du Sud ont empechés sa déclaration sur la situation en République Démocratique du Congo le vendredi 4 janvier lors d'une réunion à huis clos sur la demande de la France.

 

On se souviendra de l ’accord de coopération militaire et téchnique entre le Congo et la Russie , qui dormait dans les tiroirs depuis 19 ans, et qui a été adopté en date du 29 juin 2018, le lendemain d’une visite à Kinshasa du vice-ministre russe des Affaires étrangères Michaël Bogdanov, qui faisait sa  tournée dans la région.

Selon des sources consultées par election-net.com, les termes de l’accord prévoiyait la livraison par la Russie d’armements, de matériels de guerre et autres équipements spécifiques, des missions de conseil mais aussi la formation de spécialistes militaires congolais dans les écoles russes. Depuis ce dernier blocage, le régime a renforcé son appareil répressif et son armée sur toute l'étendue du pays, par crainte de devoir faire face à des manœuvres de déstabilisation et à un soulèvement populaire soutenues par les Occidentaux après la publication des résultats. L'histoire nous rappelle que c'est en 2014 que le président Joseph Kabila était entré en contact avec Vladimir Poutine, via Sergei Ivanov, le vice premier ministre russe et c’est en 2015 que le chef de l’état congolais avait obtenu le concours d’agents des forces spéciales russes (FSB) qui l’avaient conseillé dans des matières de sécurité et aidé à déjouer certaines manœuvres politiques.
Selon Braeckman, Le rapprochement entre Kinshasa et Moscou, dans un contexte de tension avec les Occidentaux, ne devrait pas faire oublier la Chine : Pékin a investi des milliards de dollars dans les mines du Katanga, racheté le site géant de Tenke Fungurume et cet accès privilégié aux réserves de cobalt et de lithium du Congo devrait permettre à la Chine, « l’usine du monde » de contrôler à l’avenir le marché des batteries électriques.
Aux yeux des analystes, il est évident que Pékin , Moscow et Joburg ne se laisseront pas évincer du Congo et qu’ils devraient donc veiller à sécuriser leurs investissements. Pour ce faire, ils ont completement bloqués la déclaration du conseil de sécurité pour eviter le chaos.
 
La Rédaction
0
0
0
s2smodern
0

Laissez un commentaire

Newsletter

Vous êtes iciAccueil»Conseil de sécurité: La Russie et la Chine préparent elles un grand retour en République Démocratique du Congo ?

Evenements Electoraux

Machine a voter

Actualités Spéciales

« Mars 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31

page FbookPage twitter