Face à la corruption, les USA jouent la carte Tshisekediste pour contenir la puissance du FCC Spécial

23 février 2019
Face à la corruption, les USA jouent la carte Tshisekediste pour contenir la puissance du FCC Credit photo de tiers.

Les Etats-Unis annoncent donc de nouvelles sanctions contre des officiels en RDC en ce jour du 22 février 2019 juste après la rencontre qui a eu lieu entre le président Félix Tshisekedi et Peter Pham à la cité de l'OUA.

Ces sanctions frappent des responsables congolais impliqués dans des faits de corruption en lien avec le processus électoral, selon le département d'Etat américain. Ces responsables sont désormais interdits d'entrer aux Etats-Unis.

Pour Washington, le Congo a obtenu son premier transfert pacifique du pouvoir pour la première fois de son histoire et a maintenant un nouveau président venant de l'opposition malgrès les irrégularités connues de tous.

Dès ce fait , nous pouvons comprendre que le choix de la communauté internationale est clair. Malgrès le chemin par lequel Tshisekedi a accédé à la présidence et le fait de voir ce dernier temps l'ombre du président sortant planner un peu partout, les États-Unis, l'Europe et l'Union africaine souhaiteraient soutenir fermement les efforts du changement radicale tant réclamé par la société civile congolaise.

Pour ce faire , un analyste américain pense que si les Etas-Unis et l'Union europèenne développent une stratégie pour combattre les acteurs impliqués dans la corruption avec un maintien des sanctions financiers consistants, alors là Thisekedi aura bel et bien une chance pour transformer ce système corrompu.

Pour citer une analogie faite par Michael O'Hanlon, si les USA sactionnent des officiels X ou Y à cause de leur implication dans une affaire de corruption de 1 milliars de dollars ceci rendra à Tshisekedi une tâche facile de ne pas nommer cette personne comme ministre pour enfin promouvoir la transparance du changement qui pourrait à la longue prévenir des compromis à caractère corruptibles.

IMG 20190222 224426

Dossier traduit par election-net, Michael Hanlon propose à Tshisekedi de travailler sur 4 points majeurs pour bien combattre la corruption:

● En premier la Gecamines, cette socièté minière au coeur des nombreux scandales devrait être audité et généré des rapports financiers annuels.

● En second lieu, exiger la déclaration de son patrimoine ou les avoirs de tous les fonctionnaires de l'état en commençant par le président de la République

● Troisièmement, le Fonds monétaire international (FMI) devrait relancer un programme pour faciliter l'octroi de crédit au Congo, ce qui améliorerait la transparence de la banque centrale et améliorerait la situation budgétaire du Congo.

●Enfin, Tshisekedi devrait insister pour que tous les contrats miniers et pétroliers, connus par leurs pratiques de corruption, soient divulgués publiquement conformément à la loi.

 

La Rédaction ENET, EnoughProject, The Hill, Sasha Lezhnev

 

 

 

0
0
0
s2smodern
0

Laissez un commentaire

Newsletter

Vous êtes iciAccueil»Face à la corruption, les USA jouent la carte Tshisekediste pour contenir la puissance du FCC

Evenements Electoraux

Machine a voter

Actualités Spéciales

« Mai 2019 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

page FbookPage twitter