Haut-Katanga/agriculture: Kyabula et Katumbi apportent des bonnes nouvelles

Un des villages agricoles du Heat/ images presse gouvernorat

Ecouter cette information
1 235 Vues

Au milieu de la détérioration du tissu économique dans une province prise en sandwich par l’insécurité et la très redoutée propagation de la pandémie du Coronavirus, la province du Haut-Katanga termine cette semaine sur une note positive. La bonne nouvelle vient du secteur agricole.

Dans une descente effectuée dans quelques villages agricoles, le gouverneur Jacques Kyabula a donné le go à la récolte. Le chef de l’exécutif provincial a également annoncé que la province a produit plus de 75 mille tonnes de maïs pour la saison culturale 2019-2020.

C’est donc un pari réussi pour le gouverneur Jacques Kyabula qui a inscrit l’autosuffisance alimentaire et une alimentation saine saine parmi les priorités de son mandat. La province a cultivé 15 mille hectares répartis en 4 villages agricoles.

Au mois de Septembre dernier, le gouvernement provincial du Haut-Katanga avait organisé une table-ronde agricole pour dégager les pistes de solutions à la pénurie du maïs et de sa farine qui frappent la province durant la période de soudure.

Katumbi toujours présents...

Dans sa ferme de Futuka, le dernier gouverneur du Katanga annoncé également une récolte de 43 mille tonnes de maïs au cours de la saison culturale en cours. L’opposant Moïse Katumbi a cultivé 6000 hectares .

Selon le journal Libre-Afrique,Moïse Katumbi s’est fixé comme objectif, accroître la production d’ici là à hauteur de 135 milles tonnes de maïs sur une étendue qui connaîtra chaque année 2.000 hectares de plus pour une expansion de 12 000 hectares.

Du chemin reste encore à faire…

Tout voyage aussi long soit-il commence par un pas. La récolte est très encourageante. La province reste loin de réaliser la quantité nécessaire de production pour nourrir sa propre population.

Selon le programme alimentaire mondial, la province du Haut-Katanga requiert 750 mille tonnes de maïs pour se tirer du joug de la dépendance en farine de maïs.

Chris Lumbu