lun. Avr 6th, 2020

Goma: Les enseignants appellent les comités de gestion à fixer les frais scolaires

Ecouter cette information
167 Vues

La gratuité de l’enseignement est loin d’être une réalité dans les écoles de certaines villes en République Démocratique du Congo, dans la recherche de leur salaire ceux-là qui sont nouvelles unités et non payés sont contraints d’aller en grève.


En assemblée générale tenue ce samedi 8 février 2020 à Goma, les enseignants réunis au sein de la structure Force Syndicale Nationale (FOSYNA) ont appelé le Gouvernement à respecter sa promesse. ils disent avoir traversé les conditions difficiles qui ne les permettent pas de bien dispenser la matière dans leurs écoles respectives.




Pour Baal Shamavu, représentant de ces enseignants, les choses doivent être dites clairement en ce qui concerne cette gratuité. Avant d’ajouter que les conditions actuelles de l’enseignant ont fait de cette gratuité, une gravité.

Il appelle le comité de gestion dans les différentes écoles de la ville touristique de Goma à se réunir dès ce lundi pour fixer les frais scolaires qui doivent être payés par les parents pour permettre une bonne passation des enseignements.

«Les enseignants dans toutes les écoles maternelles, primaires et secondaires, sont stressés à 100 %, de sorte qu’ils ne sont plus en même de donner le meilleur d’eux-mêmes et nous trouvons que la gratuité est devenue la gravité. Les parents doivent s’assumer par rapport à l’éducation de leurs enfants comme le gouvernement est en train de faire un théâtre politique. On nous avait dit qu’il y aura une majoration en octobre mais c’est devenue la chanson, on a rien eu jusqu’à présent », a-t-il souligné.

Par ailleurs, ces enseignants ont exigé la démission de la ministre provinciale de l’enseignement qu’ils jugent incompétente. Ils l’accusent d’avoir politisé le secteur éducatif au lieu d’apporter des solutions à tous les maux qui les concernent.

«Il y a des intimidations que certains enseignants reçoivent de la part de certaines personnalités. On est libre de réclamer son droit, c’est ici, pour nous, l’occasion de demander la démission de la dame ministre de l’éducation en province du Nord-Kivu, elle ne maitrise pas ce qu’elle est appelée à faire, elle a déjà politisé l’enseignement depuis qu’elle a ce pouvoir. Tous les jours, nos camarades de services sont en train d’être interpelés seulement parce qu’ils réclament leurs droits, trop c’est trop », indiquent-t-ils.

Prince Bagheni.

Electionnet vous interdit totalement de copier le contenu de son site web