jeu. Déc 12th, 2019

Félix Tshisekedi : "Je suis pleinement président"

178 Vues

Pour sa première grande interview à la presse depuis son accession au pouvoir, Félix Tshisekedi a tout dit ou presque. De la question des arrêts de la Cour Constitutionnelle, à son arrivée au pouvoir, en passant par son “accord avec le FCC, sa relation avec Joseph Kabila et la marche prévue par Lamuka le dimanche 30 juin prochain, le chef de l’État s’est livré sans fard.


Le président de la République qui a affirmé être “pleinement président”, à aussi appuyé la position du Gouverneur de la ville de Kinshasa pour l’interdiction de la marche de la coalition Lamuka, mais le chef de l’État a en même temps assuré qu’il n’y aura pas répression policière. Félix Tshisekedi a en revanche mis en garde ceux qui confondent le droit de manifester à de l’anarchie.

Le successeur de Joseph Kabila a également reconnu avoir conclu un “accord” avec son prédécesseur pour la mise en place de leur coalition. Devant, les journalistes, le chef de l’État a confirmé le fait qu’il a besoin de l’ancien président pour son expérience dans plusieurs domaines, autant que Joseph Kabila a besoin de son assurance, à lui le nouveau maitre de la RDC.


Balayant du revers de la main les accusations de hold-up électoral dont il serait le bénéficiaire, le chef de l’État soutient que ni la Cenco, ni Martin Fayulu n’ont jamais apporté les preuves de leurs preuves de la victoire du champion de Lamuka. Abordant la question des invalidations des députés par la cour constitutionnelle, le locataire du palais de la Nation a estimé que certains arrêts étaient bien “scandaleux”.


Ne maniant pas la langue de bois, le président a affirmé avoir totalement les clés de son pouvoir. ” mon prédécesseur ne m’empêche pas de mener ma politique”, a-t-il affirmé avant d’ajouter, qu’il ne souhaite pas le divorce entre les deux plateformes Cach et FCC, “pour la stabilité du pays”.


A la question savoir s’il y a des troupes rwandaises qui opèrent sur le sol congolais aux côtés des forces nationales congolaises,
le Chef de l’État congolais a apporté un cinglant démenti.

Olivier Kalume et Ilunga M