Tshopo: l’appel du Groupe Lotus à Wale Lufungula pour désamorcer la grogne dans la magistrature !

112 Vues

La grève des magistrats porte atteinte au droit à l’accès à la justice et met l’Etat de droit en péril dans la province de la Tshopo et en République démocratique du Congo.

Il est donc temps pour le gouverneur et le président de la cour d’appel d’entamer des négociations avec les grévistes.

Le Groupe Lotus appelle les autorités congolaise, à tout les niveaux, à dialoguer avec les magistrats pour trouver des solutions immédiates à leurs revendications afin de mettre fin à leur grève.

La demande a été formulé par le président du Groupe Lotus au cours d’un point de presse organisé ce mardi 20 Août 2019 par le président de cette organisation congolaise de défense des droits humains.

C’est depuis le 29 juillet, que les magistrats de plusieurs provinces de la RDC dont ceux de la province de la Tshopo ont entamé une grève sèche.

Ils réclament la stricte application du nouveau barème salarial publié par le premier président de la cour constitutionnelle et transmis au ministre du budget pour application depuis le mois d’avril 2019.

Les négociations entre les syndicats et les autorités congolaises n’ont pas encore abouties à une solution consensuelle pour mettre fin à cette grève en dépit de sa non observance stricte dans toutes les vingt-six provinces de la RDC.

Selon le président du Groupe LOTUS cette grève porte atteinte à l’accès à la justice des populations et met en péril l’Etat de droit prôné par le président Félix Antoine TSHISEKEDI.

Dismas KITENGE évoque les conséquences de cette grève.
« La grève des magistrats donne l’occasion aux OPJ de marchander des décisions judiciaires parce qu’ils savent qu’il y a personne pour leur demander de compte.
Mais aussi il y a des gens qui sont détenus faute de jugement et restent en garde à vu.
Mais également, aucune action ne peut s’ouvrir faute de magistrat.»

En vue de trouver des solutions idoines quant à la grève des magistrats déclenchée depuis le 29 juillet, Dismas KITENGE propose les voies de sortie de cette crise.

« Bien que le problème des magistrats est national mais localement que le gouverneur puisse parler avec les magistrats pour les persuader de reprendre le travail ou de mettre un service minumum soit trouver»

Le 20 août 2019 date où devrait s’ouvrir la session du conseil supérieur de la Magistrature à Kinshasa, le président du Groupe LOTUS pense qu’il est urgent que les autorités congolaises puissent trouver des voies et moyens pour apporter des solutions durables à cette grève.

Le Groupe LOTUS invite les organisations de la société civile et la population congolaise à exiger des autorités congolaises leurs droits à l’accès à la justice et à l’avènement d’un Etat de droit en République Démocratique du Congo.

Pompom Beyokobana

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.