Thierry Taeymans : “Nous avons dépassé le cap de 100 agences à travers la RDC”

Thierry Taeymans, Directeur Général de la Rawbank.Crédit Photo: Ilunga M/ElectionNet

175 Vues

Président Directeur Général de la Rawbank, ingénieur commercial diplômé de l’institut de Commerce Saint-Louis à Bruxelles, Thierry Taeymans a répondu aux questions des professionnels de la presse mardi 18 juin dernier à l’occasion de la présentation du rapport annuel de sa banque pour l’exercice 2018.

Pour lui, plus que autre chose, c’est le développement et l’inclusion financière de la RDC qui constitue la priorité de son institution. Après avoir affiché des chiffres éloquents l’année dernière, sa banque vise encore plus grand et veut continuer à aider les populations congolaises dans leur vie sociale.

Vous avez réaliser beaucoup de bénéfice l’année passée. Mais en tant que première banque comme le dit votre rapport annuel, qu’est-ce que vous faites pour aider le pays à avoir l’inclusion financière dont on sait qu’elle est faible et la Rawbank est elle suffisamment déployée en RDC ?

Je crois que la Rawbank a déjà plus de 100 agences ouvertes à travers le pays. Mais il y a des parties du territoires qui ne sont encore couvertes. Mais je pense qu’ à l’Equateur nous allons ouvrir à Gemena cette année. Nous allons ouvrir à Boende et Lisala. Au Katanga, nous avons des projets dans les coins reculés. Il s’agit notamment du Manono, nous avons des projets à Dilolo, puisqu’ il est question de rouvrir la route Kolwezi-Dilolo avec le chemin de fer pour évacuer le cuivre et le cobalt via la voie maritime angolaise. La Rawbank continue à se déployer. Nous dans des coins assez reculés comme au Sankuru. On ne peut pas dire que ce sont des coins où la Rawbank obtient des bénéfices importants.

À vous entendre parler, vous donnez l’impression que la Rawbank se porte financièrement très bien. Mais quelle part avez-vous alloué à votre responsabilité sociétale en tant qu’entreprise évoluant en RDC ?

La banque a fait plusieurs actions sociales, comme vous pouvez le voir dans le rapport annuel. La Rawbank se concentre sur le secteur de l’éducation. La santé aussi. Nous avons eu beaucoup d’interventions dans ce domaine. Nous accompagnons aussi les jeunes entrepreneurs. Nous avons fait beaucoup de formations à travers la Banque Africaine de Développement pour aider les jeunes à améliorer leur gestion des finances des entreprises, des star ups. Nous avons aussi un compte “academia” dont les bénéfices aident à financer les étudiants jusqu’à la fin de leurs études. Nous sommes conscients qu’on est là aussi pour aider la population congolaise. Nous allouons donc un budget conséquent pour cela. Nous avons aussi eu à soutenir les victimes de l’incendie de Mbouma, dans le Kongo Central en juillet de l’année passée. Nous avons réhabilité une grande école à Matadi. On est venu en aide aussi aux enfants défavorisés en leur dotant des kits scolaires. Nous avons réhabilité le parc de la Nsele. Nous avons aussi fait hospitaliser les enfants malades de malformation cardiaque. On prend également en charge l’entretien du jardin zoologique de Lubumbashi.

Le moi de mai dernier, une vingtaine d’enseignants ont trouvé la mort dans un naufrage dans le Mai- Ndombe. Ces enseignants faisaient un voyage pour aller percevoir leurs salaires à la banque. Avez-vous songé à implanter la Rawbank aussi dans des zones reculés ?

Puisque vous parlez de Inongo dans le Mai-Ndombe, sachez qu’il y a une décision du Conseil d’Administration d’ouvrir une agence dans les chef-lieux de chacune des 26 provinces. J’ai déjà envoyé une équipe à Inongo pour faire la prospection. Je pense qu’on le fera. Mais on ne peut pas tout faire.

Propos recueillis par Ilunga M et Eric Tshikuma

Cliquez sur une étoile pour la noter!