RDC : Plus jamais arme de guerre contre les manifestants à l’EST

91 Vues

Profitant de son passage dans la ville de Béni en itinérance pour l’Ituri, le général Philémon Yav, chargé de l’administration au sein de la police nationale congolaise, a lancé un appel pour la collaboration entre ses troupes et les FARDC dans la traque des rebelles en région de Beni. Ce haut officier des forces de l’ordre a dit se rendre en Ituri dans la province orientale pour accompagner les soldats congolais qui combattent à Djungu.


«  Je suis dans cette zone opérationnelle, d’abord dans l’Ituri pour occuper les arrières conquis par les FARDC pour que la population regagne ses villages. Un travail de titan est en train de se faire. Un autre contingent de 250 hommes avec des véhicules sera dans l’Ituri à partir de ce jeudi… Si je suis à Beni, c’est pour dire à la police de prêter main forte au commandant de l’opération Sokola » a recommandé l’ancien commandant de la deuxième zone de défense.


L’occasion faisant le larron, Philémon Yav a rappelé aux policiers que les manifestations ne doivent plus être réprimées dans le sang comme c’était le cas hier « la police doit encadrer les manifestants. Ils ne sont pas des milices mais un groupe des compatriotes qui expriment leur mécontentement » a-t-il complété.


Le chargé de l’administration de la police a formellement interdit l’usage d’armes de guerre contre les militants «  la police est interdite d’utiliser l’arme de guerre, l’arme qui tue ou celle qui blesse » a-t-il renchéri
Toutefois, le général Yav demande aux partis politiques d’engager un bras de fer avec les autorités administratives en cas d’interdiction d’une manifestation.

Chris Lumbu

Cliquez sur une étoile pour la noter!