RDC : Les ONG SOPALI et IGED satisfaites de la décision de la justice dans l’affaire YALISIKA

64 Vues

La Synergie  SOPALI-IGED (Solidarité Paysanne à Large Initiative et l’initiative pour la Gestion Durablese) se félicite des arrêts de la justice et des conclusions de son monitoring qui attestent avec preuves qu’il n’y a pas eu viol des femmes, ni meurtre dans l’affaire dénommée YALISIKA, en Avril 2011.

L’affaire YALISIKA, remonte en Avril 2011 où une trentaine de personnes, de la localité de Bosanga dans le groupement de YALISIKA (Équateur), armées des fusils de fabrication locale et d’autres armes blanches avaient pénétré dans la forêt située au groupement ANZELA où la société SIFORCO effectuée des exploitations. Ces dernières avaient attaqué et maltraité les personnels de cette entreprise et pillé les matériels d’exploitation de Siforco.
Informé de la situation, la population d’Anzela est entrée en opposition contre les pilleurs afin de récupérer les biens mais sans succès.

La police avait alors, conjointement avec les FARDC, menées des actions de recherche le 2 mai 2011, qui s’en sont suivis de quelques cas de violations des droits de l’homme, de destruction des biens de la population ainsi que des tortures et violences sur les personnes appréhendées.

C’est la raison pour laquelle la Solidarité Paysanne à Large Initiative SOPALI et l’initiative pour la Gestion Durable de l’environnement et la Défense des Droits des Communautés IGED avait communément publié leur monitoring un à l’intention du Gouvernement de la RDC qui reconnaît enfin que la force mixte PNC-FARDC a commis des arrestations arbitraires, traitement inhumain d’un groupe de la population mais pas de l’ampleur telle que prétendue, la destruction méchante de certains biens de la population et incendie d’une case. S’agissant de crimes d’homicide et viols des femmes le monitoring SOPALI-IGED a conclu qu’il n’y a pas eu viols et que le cas de mort constaté ne résultait pas des représailles de la force.

Sur ce, la société SIFORCO, soupçonnée d’être impliquée dans les dérapages des actions de la Police Nationale Congolaise et les FARDC, a été acquitté par la justice.

Olivier Kalume

Cliquez sur une étoile pour la noter!