RDC : A QUOI JOUE FAYULU ?

Les membres de la coalition Lamuka présentant le document de sortie de crise congolaise à la représentante de la Grande Bretagne

204 Vues

« Fayulu s’est discrédité et les grandes gueules le crucifient », résument nos confrères de scooprdc. « En évoluant en franc-tireur, Martin Fayulu tourne la page de la vérité des urnes. Son offre de dialogue avec Fatshi consacre l’essoufflement du radicalisme stérile.

Et le procès en diabolisation intenté stupidement contre Moïse Katumbi s’en trouve encore plus inqualifiable », un tweet acéré d’Olivier Kamitatu, un des porte-paroles de Moïse Katumbi à l’encontre de celui qui a porté les couleurs de Lamuka à la présidentielle du 30 décembre dernier.

Pourtant toutes ces personnalités se réclament de la coalition Lamuka. Non content de l’attaque de Kamitatu à Fayulu, Françis Kalombo, un autre communicateur de l’ancien gouverneur de l’ex-Katanga ajoute : « la journée on envoie le peuple dans la rue pour se faire tuer et la nuit on négocie le poste (pour lui seul) à la tête d’une institution ! La vérité des urnes à la Congolaise. » Une slave assassine de Kalombo à Fayulu.

Il faut dire que Kamitatu et Kalombo, sont deux personnalités qui portent la parole de Katumbi, coordonnateur actuel de Lamuka auquel appartient Martin Fayulu. Et que reprochent ces hommes au président de l’Ecidé (Engagement pour la citoyenneté et le développement) ? Une lettre de Fayulu aux chancelleries proposant une sortie de crise congolaise. Le document propose une discussion avec « les parties prenantes » et à l’issue de la discussion, créer une institution dénommée Haut Conseil National des Réformes Institutionnelles (HCNRI).

La missive précise que cette institution « se chargera des réformes des institutions telles que la Commission électorale, la Cour constitutionnelle, la Défense et Sécurité, Gouvernance (lutte contre la corruption) et les Droits humains, organiser de nouvelles élections générales qui seront ouvertes à tout le monde. Pendant cette période de réformes allant de 12 à 18 mois, M Félix Tshisekedi dirigera le pays et Martin Fayulu dirigera le HCNRI ».

A présent, s’il n’y a pas eu de démenti, il n’y a pas eu non plus d’authentification officielle par lui-même Fayulu, bien que certains analystes, citant Martin Fayulu, certifient le document.

L’on ne sait pas la part de la manipulation dans le document. Mais sur le compte tweeter de la presse de Fayulu, il est dit simplement que ce document est déjà auprès de chancelleries. Il existe aussi une vidéo où le candidat malheureux à la présidentielle fait déjà une partie des propositions que reprend le document.

Celui qui se considère comme le président légitime a-t-il voulu se donner une autre forme de légitimité en mettant en place ne sorte pouvant se poser en interface officielle face aux institutions existantes en attendant d’autres élections ? Mais actuellement le président de la république renvoie Fayulu au parlement pour qu’il fasse les propositions de réformes. Pour le chef de l’Etat, il n’est pas question de créer une autre institution.


Tous les appels et messages d’élection-net à Martin Fayulu pour en savoir un peu plus sont restés sans réponses. Selon d’autres analystes, le candidat malheureux n’a pas été seul dans son projet. Parmi les photos qui circulent, on peut voir Fayulu, Adolphe Muzito et Eve Bazaiba présentant ledit document à la représentante de la Grande Bretagne. Il faut dire qu’au moment de la signature du document (10 mai 2019), Katumbi et Bemba se trouvent encore à l’étranger. Mais l’absence des représentants du coordonnateur de Lamuka fait penser que l’ancien gouverneur n’a pas été associé au projet.

Voilà qui explique la réaction énergique des lieutenants de l’ancien gouverneur. Une question cependant, pourquoi le document apparaît publiquement seulement maintenant. A cette question, il y en a qui croit savoir que la démarche vise à le « jeter le discrédit » Martin Fayulu Madidi, un coup politique pour tenter « d’achever le chantre de la vérité des urnes ».

Ilunga M

Cliquez sur une étoile pour la noter!