Primature: Bruno Tshibala, l’homme ses maladresses, ses atouts et son héritage !

221 Vues

Bruno Tshiba la Nzenzhe est l’un des pionniers de l’Udps et compagnon de lutte d’Etienne Tshisekedi. C’est cette position qui va lui coûter bonheur et malheur dans sa carrière politique qu’il a démarré trop jeune.

A la création du Rassop, le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, Bruno Tshibala est secrétaire général adjoint de l’Udps et porte-parole du Rassop. C’est sous cette fonction qu’il est arrêté le 09 Octobre 2016. Il a été appréhendé à l’aéroport de N’djili en partance pour une mission de son parti politique Allemagne.

Officiellement, le procureur l’accuse d’avoir organisé des manifestations des 19 et 20 Septembre à Kinshasa. Il est libéré le 29 Novembre.

Mort de Tshisekedi, un nouveau chapitre …

Après la mort d’Etienne Tshisekedi, le rassemblement de l’opposition se restructure: la présidence est scindée en deux. Félix Tshisekedi et Pierre Lumbi deviennent respectivement président et président du conseil de sages. Bruno Tshibala se désolidarise du tandem Lumbi -Fatshi pour se rallier à Joseph Olengankoy. Il est exclu de l’Udps mais reste dans le Rassop et rejette son exclusion.

Tombé dans les grâces du président Joseph Kabila au détriment de Félix Tshisekedi proche de Moïse Katumbi, Bruno Tshibala est nommé premier ministre le 07 Avril 2017, fonction qu’il va assumer à partir du 18 Mai de la même année.

Scandale financier

Les deux ans du désormais ex-premier ministre ont été entaché de beaucoup de scandale: Bagarre entre gendre et fils à la primature. Vol des montants colossaux d’argent chez lui à la maison ou encore le détournement de véhicules destinés au personnel de la primature.

Et pourtant, lors de la déclaration de ses biens devant le procureur, le compte bancaire ne contenait presque rien. C’est plutôt son décret accordant beaucoup d’avantage aux anciens ministres qui continue de faire couler encre et salive.

Décret de toute controverse

Arrivé fin mandat, Bruno Tshibala a signé un décret qui risque de peser sur le trésor public. Ce document prévoit des largesses allant du premier ministre, des anciens vice-premiers ministres aux secrétaires généraux adjoint du gouvernement, en passant par les ministres délégués ou encore les vices ministres…bref, les membres du gouvernement Tshibala partant mais rassuré des avantages à vie; une sorte d’assurance vie.

Le décret Tshibala assure aux anciens premiers ministres, à charge du Trésor public, une indemnité mensuelle estimée à 30% des émoluments du premier ministre en fonction, une indemnité mensuelle de logement estimée à l’équivalent de 5000 dollars américains.

Ce décret octroi également à un ancien Premier ministre, un véhicule renouvelable tous les cinq ans, un titre de voyage par an, en business class sur le réseau international pour lui, son conjoint et ses enfants mineurs et un passeport pour chaque membre de la famille.

Ce décret a été vivement critiqué par les Ong. Il sera sans doute l’un des premiers tests pour son successeur qui s’est engagé à lutter contre des tares qui tuent la République.

Chris Lumbu

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.