Présidence de la République: ces 24 millions de dollars à polémique!

162 Vues

Vital Kamerhe,directeur de cabinet de l’actuel président de la République Félix Tshisekedi serait-il dans un circuit mafieux de détournement des fonds publics? La réponse est loin d’être avancée .

L’ancien président de l’Assemblée Nationale qui a démissionné en mars 2009, est bien « promoteur » des certaines manœuvres de dilapidation des derniers publics selon certaines sources à la présidence de la République.

Ce dernier s’active à travers des circuits flous et montés avec certains responsables des Entreprises étatiques pour sortir des fonds de l’État et il reste le maitre de son jeu. L’exemple du FONER structure de récolte des taxes de Péage routier en dit long.

Aujourd’hui l’ancien candidat président de décembre 2018 ayant désisté en faveur de son ticket Tshisekedi Président de la République actuel est le deuxième président du pays , qu’il est sans doute l’homme qui chuchote à l’oreille de Fils Tshisekedi pour la marche du pays. Il est prêt à tout.

Détournement, blanchissement des capitaux corruption etc…
Le 19 juin dernier , dans une correspondance au directeur général du Fond d’entretien Routier Foner, le directeur de cabinet vital Kamerhe accuse réception de sa lettre de sollicitation des fond d’accompagnement des projets économiques et s’en charge d’allouer au nom de la présidence de la République un montant de 2,000 000 de dollars américains pour accompagner le financement des projets économiques dans les villes de Mbujimayi, Kananga et Mweneditu et durant douze mois pour construire des dépôts et des stations services dans les villes.

Ce document a attiré l’attention de la rédaction de E-net pour analyser le rôle et travail du FONER vis-à-vis de la demande émise par son patron.

En effet le FONER est une entreprise sous la direction du ministre des travaux publiques infra-structures et reconstruction d’où selon la disposition de la loi créant cette Entreprise qui na pas dans ces attributions le financement des projets Économiques hors mis ceux du secteur routier.


Alors que Kamerhe a pris soin de se bâtir une image positive dans les cercles politiques congolais et pour beaucoup d’observateurs , sa réputation de leader politique, il est soupçonné d’être dans le circuit mafieux de détournement, à tout moment sa stratégie politique n’est du tout apprécié. Plusieurs sources critiquent cette façon de faire les choses en voulant cacher son vrai sens.

Des organisations de lutte contre la corruption et de blanchissement des capitaux lui pointe du doigt dans ces genres de magouilles , il est en outre soupçonné d’avoir bloqué les enquêtes sur des accusations selon lesquelles il avait détourné des sommes d’argent considérables en tant que président de l’Assemblée Nationale

Kamerhe et la guerre à l’Est

Des sources signalent qu’il est accusé « d’attiser le feu du conflit dans les provinces déchirées par la guerre du Nord et du Sud Kivu il a une grande influence dans l’Est du Congo.


D’après plusieurs sources, il a même acheminé de l’argent à Laurent Kabila alors rebelle dans les montagne de Fizi pour tenter de lui perturber» Il est probable que le texte faisait en réalité référence au chef rebelle congolais Laurent Nkunda, qui luttait contre l’armée régulière (FARDC).

Au moment où le câble est rédigé, Nkunda a été arrêté par les Rwandais qui opèrent un spectaculaire retournement d’alliance, se rapprochant des FARDC pour combattre les rebelles de la région.

Vital Kamerhe s’était publiquement opposé à l’alliance rwando-congolaise, et cette prise de position rend un éventuel soutien à Laurent Nkunda peu crédible : le chef rebelle était justement proche de l’armée rwandaise jusqu’à ce revirement.

La rédaction

Cliquez sur une étoile pour la noter!