Pollution de l’eau dans le Haut-Uélé:Kibali Gold pointé du doigt

Pascal Mombi, ministre provincial de l'intérieur et sécurité ad interim faisant le compte rendu à la presse locale de la reunion du conseil provincial de sécurité vendredi 07 juin 2019. Photo: Presse du gouvernorat

180 Vues

La question a fait l’objet d’une réunion spéciale autour du vice-gouverneur de la province du Haut-Uélé, Christian Pitanga. L’autorité provinciale a convoqué un conseil provincial de sécurité ce samedi en vue de trouver une solution qui convient à la grande question de pollution des eaux après le constat qui a été fait.

Des poissons ont été retrouvés morts dans la rivière Rinzi dans le territoire de Watsha au Haut-Uélé. A présent, il faut dire que l’origine de cette pollution n’est pas encore connue. Mais, tous les regards se dirigent vers la société minière Kibali Gold dont les activités de traitement de l’or obligent à utiliser des produits toxiques pour l’environnement et l’eau.

D’ores et déjà la firme Sud-africaine a mis en place une équipe d’enquêteurs pour découvrir l’origine du mal. Les autorités provinciales se sont résolues elles aussi de mettre sur pied une commission spéciale pour mener la contre-expertise. En attendant de connaître les conclusions des experts sur cette question, Kibali Gold Mine devra s’attendre à se conformer aux prescrits du code et règlement minier pour ce qui est de la pollution, a dit Pascal Mombi, ministre intérimaire de l’Intérieur qui a fait le compte rendu du conseil provincial de sécurité.

La réunion spéciale s’est penchée également sur la question des Mbororo, ce peuple venu de la Centrafrique depuis les années 1986 et qui écument les territoires de Watsha et Faradje dans le Haut-Uélé. La question est devenue d’autant plus préoccupante que ces Mbororo se sont même accrochés avec les populations locales.

Ainsi, le vice-gouverneur a réuni autour de lui toutes les parties prenantes à la cette problématique en vue d’éradiquer le phénomène Mbororo. Loin de rester l’arme au pied, la société civile de Watsha a déjà fait savoir à l’autorité urbaine qu’en cas de non-action du gouverneur, elle va se laisser aller à l’incivisme fiscal.

Ensemble, le conseil provincial et les parties prenantes ont décidé de mettre en place une commission spéciale qui fera le déplacement de Watsha. L’objectif est d’expulser les Mbororo de gré ou de force.


José-Junior Owawa et Ilunga M

Cliquez sur une étoile pour la noter!