Meeting place Saint Thérèse: Bemba a-t-il déçu?

238 Vues

Dix mois après son retour triomphal pour postuler à la présidentielle de 2018 avant de repartir en Europe, Jean-Pierre Bemba est arrivé ce dimanche à Kinshasa. Après une procession relativement émaillée de violence, le leader du Mouvement pour la Libération du Congo a aussi tenu son meeting, à Place Sainte-Thérèse dans la commune de Ndjili à Kinshasa.

Lorsque Bemba arrive sur le lieu de son meeting, il trouve des militants chauffés à blanc et qui n’attendaient que “le mot d’ordre” de l’ancien président. Il faut dire que déjà si les supporters de Bemba ont, sans surprise scandé des slogans anti-Kabila et anti-Tshisekedi, ils ont aussi pris à partie Moïse Katumbi.

L’ancien gouverneur a été appelé par les militants à “clarifier” sa position” par rapport au combat de la coalition Lamuka. Si Bemba a su calmer les uns et les autres, rappelant que Moïse Katumbi “est avec eux”, mais à lire ne serait-ce que le décor et les photos géantes (il y a les photos de tous les leaders sauf celle de Katumbi) sur le podium du meeting, on conclut tout de suite que Katumbi n’est plus en odeur de sainteté avec ses camarades de Lamuka alors que l’ancien gouverneur, qui n’a pas daigné faire le déplacement de Kinshasa, est le coordonnateur de la plateforme. Il a été néanmoins représenté par Chérubin Okende, son porte-parole.

Quant aux autres leaders, notamment Adolphe Muzito et Martin Fayulu, ils ont été bien présents aux côtés de Jean-Pierre Bemba.

Dans son discours, Bemba a fustigé la corruption, “ce cancer qui a gangrené la RDC depuis son accession à l’indépendance”. Pour le numéro 1 du MLC, il faut désormais une lutte sans merci contre la corruption et aussi contre l’insécurité.

Contre l’attente de ses militants qui se sont montrés très belliqueux, avec des relents tribaux, Bemba a souligné qu’il est là pour lutter pacifiquement pour l’instauration de la démocratie en République Démocratique du Congo. Pour ce qui est du combat pour “la vérité des urnes”, l’ancien vice-président s’est montré plus qu’évasif disant à la fois mener le combat de la vérité des urnes mais insistant sur le fait qu’il se bat pour “l’intérêt du peuple”. Et lorsqu’on pose la question à Bemba s’il peut lui arriver de travailler avec Félix Tshisekedi, le chef du MLC a répondu qu’il veut simplement lutter pour l’instauration de la démocratie. Sans plus. Jean-Pierre Bemba a néanmoins appelé le peuple à accompagner les actions pacifiques que la coalition Lamuka projette de mener.

A la fin du meeting, alors qu’ils attendaient un discours martial de l’ancien vice-président, quelques militants ont clairement dit être “déçus” du speech de l’ancien chef rebelle.

Quel avenir pour Lamuka ?

Alors que plusieurs ont annoncé sa dislocation, la coalition Lamuka survit encore. La plateforme a enregistré même une nouvelle adhésion: Jean-Philibert Mabaya, candidat-président en 2018, mais qui s’est retiré en dernière minute a rejoint cette famille politique. Certes Mabaya, n’est pas un grand nom de la politique en RDC, mais son adhésion fait croire que la coalition a encore une vie devant elle.

Tout de même, il serait illusoire de croire que dans Lamuka tout le monde émet sur la même longueur d’onde. Selon un analyste, il s’est créé deux bloc dans la plateforme: le bloc de l’ouest autour de Bemba et celui du Sud-Est avec Katumbi, lequel serait tenté, disent certains, de voler désormais de ses propres ailes avec “Ensemble pour le changement”, sa plateforme qui prépare sa mue pour devenir un parti politique.

Patrick Ilunga

Cliquez sur une étoile pour la noter!