Le FMI recommande «une gestion transparente des recettes minières» en RDC

154 Vues

Les experts du Fonds Monétaire International (FMI) ont bouclé leur mission de 15 jours, ce mercredi 5 juin 2019, en République démocratique du Congo. Ces derniers ont menés des consultations avec les autorités congolaises, au titre de l’Article IV, qui ont porté sur les politiques qui devront permettre, la RDC de diversifier son économie et de s’attaquer au niveau élevé de pauvreté et de chômage de la population congolaise qui ne cesse d’accroître à une vitesse impressionnante.

Au terme de cette mission, les experts du Fond Monétaire internationale ont formulés quelques recommandations aux autorités congolaises. Ces dernières sont axées sur la lutte contre la corruption, la diversification des recettes, l’instauration de la transparence dans la gestion, l’augmentation des réserves en devise internationale et le renforcement du système financier.

Améliorer l’environnement des affaires et lutter contre la corruption

Les experts du FMI encouragent les autorités congolaises à assainir le climat des affaires et mettre en place des mécanismes, et des textes légaux pour lutter contre la corruption.
« L’équipe des services du FMI a encouragé les autorités à accélérer l’adoption du projet de loi anti-corruption et de la loi portant création d’une commission indépendante de lutte contre la corruption, en tant que mesures essentielles pour ancrer la crédibilité du gouvernement dans sa quête d’une croissance inclusive et soutenue de la RDC »,peut-on lire dans ce communiqué sanctionnant la fin de la mission des experts de cette instition de Bretton Woods.

Rationaliser les dépenses fiscales et diversifier les recettes

Le Fond Monétaire International (FMI), recommande également une rationalisation des dépenses fiscales et une diversification des sources des recettes afin de ne dépendre des revenus d’origine minière. Cela donnerait au gouvernement une plus grande marge de manœuvre budgétaire et une capacité d’emprunt accrue pour soutenir les investissements publics et les priorités sociales.

Mise en place d’une gestion plus transparente

La transparence dans la gestion des ressources naturelles est capitale, « étant donné que les recettes minières peuvent conduire à des dépenses volatiles, le FMI a suggéré de modifier la formulation de la politique budgétaire de manière à ce qu’elle repose sur un solde budgétaire non minier et de continuer à faire preuve de prudence dans les emprunts publics pour préserver la viabilité de la dette.

Augmenter les reserves de change

Le niveau actuel les réserves internationales de la RDC restent encore très inférieurs par apport ceux exigés par le standard international, d’au moins 12 semaines d’importations. Les réserves actuelles de la RDC couvrent seulement 3 semaines d’importations. Ce qui pousse le FMI à rappeler que, « compte tenu du niveau élevé de dollarisation du système financier et de la vulnérabilité du pays aux chocs externes, la mission a encouragé les autorités à poursuivre les efforts pour augmenter fortement les réserves internationales par rapport à leur faible niveau de couverture d’importations ».

Améliorer l’ensemble du système financier

Les consultations entre le gouvernement congolais et les experts du FMI ont également porté sur la nécessité de continuer à renforcer les contrôles fondés sur les risques et la qualité des données financières, ainsi que de « finaliser le cadre de la Lutte contre le Blanchiment des Capitaux et le Financement du Terrorisme (LBC-FT).dans l’objecti d’améliorer davantage la stabilité financière».

C’est depuis 2015, que le Fonds monétaire international passe en revue l’économie du congo Kinshasa, Cette mission donnera son rapport en fin août au conseil d’administration du FMI. C’était Une mission très attendue par l’actuel chef de l’État Félix Tshisekedi. Qui pourra permettre l’ouverture de possibles négociations sur un éventuel programme financement entre la RDC et le système de Bretton Woods. et qui pourrait lui donner de marge de manœuvre pour répondre aux besoins en développement du pays.

Olivier Kalume

Cliquez sur une étoile pour la noter!