Kinshasa: La requête de récusation des juges de Dolly Makambo rejetée par la Haute cour militaire.

355 Vues

Conformément à leur calendrier, les juges siégeant dans l’affaire qui oppose le Ministre provincial de l’intérieur de Kinshasa et la partie civile plaidant pour la cause de l’AG de l’hôpital de Vijana s’est sont effectivement prononcer ce jeudice jeudi 7 novembre 2019,

Dans son verdict, la Haute Cour Militaire a jugé “non fondées” les requêtes soumises par les parties prévenues Dolly Makambo et Serge Kamanda sollicitant la mise à l’écart de la composition des juges, statuant sur l’assassinat de l’administrateur gestionnaire adjoint du Centre de santé de référence Vijana.

Cette décision défavorable à l’ex Bourgmestre de la commune administrative de la Gombe à Kinshasa permet l’ancienne composition des juges de poursuivre l’instruction du meurtre de Belvis Nkunku Ilo.

Dans sa sentence, la cour a déclaré qUe Dolly Makambo et Serge Kamanda, son garde rapprochée sont condamnés à payer une amende de 500.000 FC aux juges qu’ils ont mis en cause et 100.000 FC de frais d’instance endéans 8 jours.

Cette décision est loin de faire désarmer la défense qui promet de poursuivre son combat.

Aimé Ntoya, l’un des avocats du conseil de Dolly Makambo, laisse entendre que le rejet de leurs requêtes ne décourage pas la défense qui a, estime-t-il, les moyens pour disculper ses clients.

“Nous ne sommes pas inquiets parce que le droit est dit conformément à la loi et non pas conformément aux sentiments des uns et des autres. Ce n’est qu’une composition des juges. Dès lors que nous avons notre stratégie de défense, il n’y a pas à être inquiets. Nous sommes sereins, nous attendons le moment opportun pour démontrer réellement que les faits mis à charge de notre client ne sont pas établis”, a-t-il affirmé.

Par contre, le rejet par la Haute Cour Militaire de ces requêtes est un motif de satisfaction pour la partie civile.

Pour rappel, les requérants Dolly Makambo et Serge Kamanda ont, dans leurs requêtes, accusé les juges qui conduisent ce procès d’inimitié, rétention de mettre à leur disposition les pièces des dossiers et le refus d’accorder la parole à leurs conseils respectifs.

Rédaction

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Aucun vote pour le moment! Soyez le premier à noter cette information.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.