Kinsangani: Grogne à l’HGR de Makiso: le Gouverneur de la Tshopo s’en mêle !

138 Vues

C’est sur un ton ferme et sans aller par le dos de la cuillère que le Gouverneur de la province de la Tshopo s’est adressé au personnel de l’Hôpital Général de Référence de la Makiso dans la salle des réunions du Gouvernorat de province.

C’était en présence du ministre provincial de la santé, du médecin chef de zone de santé et du Chef de division de la santé et beaucoup d’autres personnes concernées par ce dossier.

Louis – Marie WALLE LUFUNGULA a demandé à l’assistance de laisser les considérations de bas étages qui détruisent cette province et d’œuvrer pour la paix et la sérénité dans la province de la Tshopo.

Il n’a pas du tout apprécié le fait que parmi les manifestants ; certains se sont même permis d’aller sur les ondes d’une radio étrangère pour faire des déclarations.

Chose qui, selon le Gouverneur de province, n’est pas permise.
« Quelques soient vos revendications, ne pensez pas que tout le monde doit penser comme vous.
Les charges que vous portez contre le Médecin Directeur ne sont pas suffisantes, ne sont pas tellement graves pour amener à une sanction quelconque contre lui. Ça sera de la légèreté. Sinon c’est chaque fois qu’on ne veut pas de quelqu’un, on s’agite pour obtenir son départ. Les choses ne peuvent pas se passer comme ça. Nous sommes dans un monde organisé. A supposer même, par impossible, qu’il ait commis des fautes, il y a une façon de faire, d’aller vers lui, de lui faire savoir les fautes qu’il a commises en tant qu’humain. Et j’ai dis à votre délégation de considérer que ce qui est passé est déjà passé. Maintenant c’est moi qui suis à la tête de la province et j’ai besoin de paix et de sérénité pour bien conduire cette province. Nous allons mettre en place, et c’était la proposition même des différentes commissions qui sont passées là bas, un petit comité qui va assurer le suivi au quotidien de la gestion pour assister l’équipe de la gestion et voir comment les choses vont se passer pendant au moins trois mois et ainsi rétablir la sérénité ».

Quel péril il y a en la demeure pour que vous puissiez vous agitez jusqu’à ce point ?, s’interroge Louis Marie LUFUNGULA qui a fait savoir à l’assistance qu’ils sont avant tout un personnel soignant. Et qu’ils doivent veiller à la santé des malades qui sont des congolais qu’ils veulent sacrifier tout simplement parce qu’ils ne veulent pas la tête de quelqu’un.

« J’ai demandé à vos gens de mettre de l’eau dans du vin et de reprendre le travail calmement. Je veux apprendre que lundi 19 vous avez repris le travail normalement. Voilà l’objet de mon appel de ce matin. C’est pour vous demander, et c’est la dernière fois, de reprendre le travail. S’il y a revendication quelconque, ça ne sera traité qu’après que vous ayez repris le travail. Je rappelle en même temps que c’est un hôpital de l’Etat. L’Etat pourrait prendre ses responsabilité au cas où ».

C’est depuis le 1er juillet que le personnel de l’hôpital général de référence s’agite et réclame le départ du médecin directeur de cette institution, Dr Matthieu BAFOA. Mais c’est depuis une semaine qu’ils ont lancé une grève sèche.

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.