KICC : un agent meurt dans un éboulement

93 Vues

Un mineur a trouvé la mort et deux ont été blessés dans la mine souterraine de Kinsenda Cooper Company KICC le mardi de la semaine en cours, une entreprise minière basée dans le territoire de Sakanya à environ 120 Km de Lubumbashi.

Selon un blessé, cet éboulement a été causé par la vétusté du plafond de la mine qui a cédé alors que 3 travailleurs vaquaient à leurs tâches : « tout d’un coup ça s’est effondré, le collègue qui est mort m’a demandé de le secourir vu qu’il était encastré.

Je lui ai dit qu’il n’y a pas moyen car moi aussi je suis coincé par un bloc. Mes mains et mes pieds ne peuvent pas bougés » explique un deux agents blessés sur son lit de malade.

Cet accident a révolté les travailleurs de cette entreprise minière. L’occasion faisant le larron, Les agents de KICC ont donné de la voix pour décrier les mauvais traitements dont ils se disent victimes de la part de leur employeur.

C’est notamment le non-respect du pallier du SMIG un avantage privé à ces travailleurs, en lieu et place, ils sont contraints de se contenter d’un salaire modique au mépris du SMIG fixé par le code du travail. Les agents en furie observent des sit-in depuis le mardi.

Informé du malaise, le vice-gouverneur de province s’est rendu s’enquérir de la situation au nom du gouverneur de province. Jacques KANFWA s’est entretenu avec les responsables de KICC qui lui ont fait la lumière sur ce dossier : « ils ont comptabilisé un décès et deux agents blessés. ; La société a reconnu que la famille de l’agent décédé sera assistée et comme la loi l’exige. Et le second problème c’est le SMIC comme la loi l’exige. C’est de leur droit de réclamer le SMIG, ils doivent se sentir en sécurité et c’est pour cette raison que nous sommes venus aussitôt que nous avons appris la nouvelle » a confié le vice-gouverneur de la province du Haut-Katanga »

A l’instar de KICC, la majorité d’entreprises minières gérées appartenant aux chinois s’évertuent dans le mépris de droits de l’homme, en soumettant les agents nationaux à des pratiques inhumaines.

Les travailleurs de KICC n’ont pas oublié de la rappeler au numéro 2 du Haut-Katanga.

Chris Lumbu

Cliquez sur une étoile pour la noter!