Haut-Katanga :Moïse Katumbi Sauveur ou aigri du bois rouge?

1
(1)
373 Vues

Y a-t-il coupe du bois rouge ou non dans la province du Haut-Katanga ? La question reste posée et la polémique enfle depuis l’alerte lancée par l’opposant Moïse Katumbi Chapwe qui faisait état de “crime écologique “.

Cette sortie médiatique de l’ancien gouverneur avait suscité des controverses. L’association des Exploitants forestiers du Haut-Katanga avait réservé un cinglant démenti à Moïse Katumbi, allant jusqu’à le qualifier de “politicien en mal de publicité qui ne route qu’avec le populisme “.

Un démenti qui mettra le temps de feuilles de paille avec l’avertissement du prélat catholique du diocèse de Kilwa-Kasenga qui a denoncé un carnage du “padouk” dans trois territoires du Haut-Katanga. Au regard de l’engagement de Mgr Fulgence Muteba pour la protection de la forêt, le gouvernement provincial ont réagi.

Réaction de la province

Face aux allégations sur une nouvelle vague de coupe de ce bois précieux, le gouvernement provincial a pris une mesure conservatoire portant interdiction de récupération, évacuation et exportation du bois rouge.

Le gouvernement Kyabula a mis sur pieds une commission interministérielle pour vérifier l’alerte lancée par Moïse Katumbi et le diocèse de Kilwa-Kasenga. Ce lundi 09 Septembre, une délégation de l’association des Exploitants forestiers ont rencontré la commissaire en charge de l’environnementpour le suivi des résolutions de la commission interministérielle.

Les exploitants forestiers plaident pour la levée de cette mesure conservatoire. Jean Lwamba, président de cette organisation sollicite la levée de cette mesure qui leur porte préjudice depuis deux ans a-t-il confié.

Cette association soutien qu’il n’existe plus de coupe du bois rouge, appelé “Kakula” mais l’évacuation des grumes coupés depuis 2017 qui, suite à l’interdiction de l’exploiter, n’ont pas pu être évacués.

Cette version est balayée du revers de la main par les opposants à cette pratique. Aujourd’hui, il n’y a aucun contrôle pour se rassurer qu’il s’agit d’anciennes grumes ou de nouvelles. Avec la présence massive des sujets chinois il y a à craindre le pire.

Déjà trois camions transportant des cubes de bois ont été interceptés par les forces de l’ordre à Kasimbi vers la province du Tanganyika. Tout porte à croire que certains exploitants véreux tentent de contourner la mesure conservatoire qui attend l’issue des enquêtes pour définir l’orientation.

Chris Lumbu

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.