Examen d’État dans le Haut-Uele: le Gouverneur Baseane Nangaa encourage les finalistes à défendre l’honneur de la province.

213 Vues

Les épreuves d’examen d’État vont être lancées sur toute l’étendue de la République démocratique du Congo(RDC).
Dans la province du Haut-Uele, toutes les batteries sont mises en marche par les autorités provinciales pour leur réussite.

Le Gouverneur de province, Christophe Baseane Nangaa rassure qu’il mettra tout en œuvre pour que les enfants de Haut-Uele puissent bien passer ces épreuves.

Il a fait cette annonce au cours d’une messe dite ce dimanche, 23 juin 2019 à la paroisse sainte Thérèse de l’enfant Jésus d’Isiro.
Au cours de ce speech d’au moins une dizaine de minutes, le Chef de l’Exécutif provincial du Haut-Uele a exhorté la population et particulièrement les parents, à soutenir par tous les moyens, les finalistes afin de faire d’eux les véritables élite de demain pour l’avenir de la province.

« Je suis certes le Gouverneur aujourd’hui, hier c’était quelqu’un d’autre et demain ça ne sera plus moi. Raison pour laquelle je voudrais que nous puissions encourager nos enfants à bien prester dès ce lundi pour que nous puissions garantir cet avenir que nous voulons tous radieux», a-t-il renchéri en lingala, la langue la plus populaire d’Isiro.

Le Gouverneur, a par la même occasion rappelé à cet échantillon de la population son ambition de faire du Haut-Uele, le grenier agricole de la République démocratique du Congo (RDC).

« Je ne sais pas si vous faites le même constat que moi: À l’époque, les enfants étaient robustes avec un physique impressionnant. Mais aujourd’hui, ils n’ont plus cette masse malheureusement, personne n’ose se poser cette question ! Évidemment que moi j’ai la moindre: ils n’ont plus cette corpulence juste parce nous avons déserté nos champs. Nous devons rentrer aux champs parce que mon ambition est de faire de cette province, le grenier agricole du pays. Nous ne devons plus acheter du riz si tout le monde se met à cultiver les champs.
Nous devons consommer ce que nous produisons», a insisté le Gouverneur.

Peu avant, l’autorité provinciale a été ému par le discours du curé de la paroisse sainte Thérèse de l’enfant Jésus qui a résumé sa ligne de conduite centrée sur la culture d’une gouvernance participative, le tout coiffé d’un sceau du pragmatisme.

« Ba tongaka mboka na loba ya pamba te. Il faut mosala eleka maloba na ebele», a-t-il rappelé la politique du numéro un du Haut-Uele pour dire « les paroles seules ne suffisent pas pour construire une société. Le travail doit primer sur des promesses.»

Le Gouverneur du Haut-Uele a, en effet promis de tout mettre en oeuvre pour octroyer des crédits aux agriculteurs afin de booster le développement de la province.

« Hormis ces crédits, je m’engage aussi à ouvrir des routes de déserte agricole pour faciliter l’accès aux champs », a promis le Gouverneur.

Une sorte d’alliance a été par suite, scellée entre le Gouverneur et l’église. Les deux parties se sont promis des soutiens mutuels. Avant de quitter la cathédrale, le Gouverneur du Haut-Uele s’est incliné sur la tombe de la bienheureuse Anuarite, une figure emblématique de la province.
Presse Gouvernorat/Haut-Uele

Cliquez sur une étoile pour la noter!