Ebola est-il guérissable ou traitable? Les scientifiques s’attaquent aux propos du Docteur Muyembe

Des infirmiers de l'OMS mobilisés contre l'épidémie d'Ebola en RDC, le 21 mai 2018. © Junior D. KANNAH/AFP

271 Vues

Au milieu d’une épidémie d’Ebola qui n’a pas de fin en vue depuis un an, les titres de cette semaine étaient exceptionnellement optimistes:

« C’est pour nous un message fort que Ebola est guérissable », a déclaré le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur de la riposte contre Ebola en RDC.

«Les scientifiques ont finalement trouvé la guérison contre le virus Ebola», a annoncé le journal lemonde.fr.

Depuis Lundi, tous les médias ont relayés la bonne nouvelle des deux médicaments, REGN-EB3 (un cocktail de trois anticorps) et mAB114 (anticorps monoclonal), qui ont montré une efficacité de 90% chez les patients qui se sont présentés tôt à la clinique. Cette information s’est répandue en moins de 24 heures sur la toile.

Cependant, cette célébration reflétait la peur qui entourait le monde à ce sujet de ce virus mortel. De nombreux médias ont annoncé que Ebola était ”Guérissable“. C’était une bonne nouvelle, certes. Mais pour de nombreux experts qui luttent contre les maladies infectieuses, cette annonce a été perçue comme exagérée, voire trompeuse. Pourquoi ? En voici quelques raisons:

Qu’est-ce que les études ont réellement trouvé?

L’essai clinique a testé quatre traitements expérimentaux contre Ebola chez 681 patients au cours des neuf derniers mois. Les deux qui ont eu le plus de succès – REGN-EB3 et mAb-114 – sont des cocktails d’anticorps administrés par voie intraveineuse. Les résultats préliminaires avec 499 patients montrent que 71% des patients ayant reçu REGN-EB3 ont survécu. Il en a été de même pour 66% des personnes traitées au mAb-114. (Les taux de survie étaient encore élevés – 94% et 89%, respectivement – chez les patients pour lesquels la charge virale était faible, signe probable qu’ils avaient cherché un traitement peu de temps après leur infection.)

Qu’est-ce que cela signifie dans un langage simple ?

Si 100 personnes se présentent à la clinique immédiatement après l’infection, il y a de fortes chances pour que 90 d’entre elles survivent. Savons-nous les critères pour le 90 contre le 10 qui ne survivront pas? Nous ne savons pas .

Est-ce que c’est une bonne nouvelle par rapport à ce que nous avions précédemment?

Oui, les experts affirment que ces chiffres sont remarquables étant donné que, si la personne n’est pas traitée, le virus Ebola est mortel à environ 70% du temps. En outre, les deux médicaments ont eu des résultats significativement positifs que ceux de l’essai de l’Afrique de L’Ouest. Seuls 47% des patients qui ont reçu du remdesivir ont survécu à leur maladie, avec 51% de ceux qui ont reçu ZMapp. (Parmi le sous-groupe de patients qui ont commencé le traitement avec des charges virales plus faibles, le taux de survie était de 67% avec le remdesivir et de 76% avec le ZMapp.)

Mais pourquoi devons nous jouer à la prudence?

« En santé publique, la désinformation est aussi très dangereuse que l’absence de traitement. Toute cette frénésie d’Ebola qui est guérissable pourrait avoir un impact négatif énorme sur la gestion de l’épidémie. Par exemple, les gens peuvent supposer que parce que nous pouvons maintenant guérir le virus Ebola, nous pouvons également oublier certaines précautions requises pour faire face à l’infection et continuer à avoir des relations sexuelles non protégées avec un patient infecté en sachant qu’ils peuvent se rendre à la clinique le lendemain et guérir. C’est faux!» a déclaré le Docteur Pedro Villareal à ElectionNET.

« Deuxièmement, cette efficacité concerne la mortalité plutôt que la clairance virale. Nous n’avons aucune preuve que le virus a été éliminé, en particulier de sites privilégiés pour le système immunitaire tels que les testicules,.. Toute personne porteuse du virus nous met en danger. » ajoute-t-il

L’épicentre de l’épidémie actuelle chevauche deux provinces de l’est du Congo ravagées par le conflit, où les insurgés ont lancé des attaques sur le personnel médical et développé des théories du complot sur la maladie. En conséquence, de nombreuses familles ont caché chez elles des parents infectés. Seul un faible pourcentage des patients infectés par le virus Ebola se sont rendus dans des centres de traitement.

Selon les experts, les nouveaux médicaments seraient excellents dans les pays riches, où les soins médicaux sont facilement accessibles et où l’on fait confiance aux responsables de la santé. Mais ce ne sont pas les endroits où la plupart des épidémies prennent racine. «Même un bon traitement en milieu hospitalier n’est qu’une très petite part de la solution», a déclaré Sheila Davis, directrice générale de Partners in Health.

Sur le plan médical, les chercheurs ont-ils vaincu le virus?

“Cela dépend de qui vous demandez. L’essai était relativement petit et certains patients sont encore décédés. «Le terme« guérir »signifie débarrasser le corps de l’infection et retrouver son état de santé avant l’infection à virus Ebola», a déclaré Dr Fostin.

À son avis, déclarer un traitement de guérissable était «certainement surestimé». Certains survivants de l’épidémie d’Afrique de l’Ouest ont apparemment éliminé le virus Ebola de leur sang, mais il en restait des petites quantités dans d’autres fluides corporels. “De nombreux survivants ont également connu des complications à long terme qui ont considérablement altéré leur qualité de vie. Ce sont deux raisons pour lesquelles les propos de Muyembe ont manqué à leur objectif”, a déclaré Jennifer Nuzzo, épidémiologiste au Centre pour la sécurité sanitaire de Johns Hopkins .

«Le mot« guérir »n’est pas bon. Le traitement est meilleur», C’est une très bonne nouvelle que des personnes survivent à leurs infections. Mais nous devrons voir s’ils ont des manifestations de la maladie dans le futur. ” a-t-elle poursuivi.

Le virus Ebola n’est-il donc plus «incurable» après tout?

La plupart des experts s’accordent pour dire qu’il est plus exact de dire qu’Ebola est traitable et non guérissable. La déclaration de Muyembe “a été accueillie avec beaucoup de fanfare, et il y a de bonnes raisons pour cela”, a déclaré Josh Michaud, directeur adjoint des politiques de santé mondiale à la Kaiser Family Foundation à Washington. Mais il a ajouté que beaucoup plus de preuves d’essais cliniques seraient nécessaires pour obtenir l’approbation de la FDA, “sans parler du fait de savoir si les deux médicaments guérissent ou pas.”

ElectionNet/Journal of Medicine

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.