Dar-es-Salaam: La RDC, l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi échangent les informations.

1
(1)
361 Vues

La République Démocratique du Congo, le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda et la Tanzanie semblent terminer à endiguer l’insécurité dans les zones frontalières de leurs différents pays particulièrement dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Pour ce faire, cette semaine, il s’est tenue à Dar-es-Salaam, la deuxième réunion des Chefs des Services de Sécurité et de Renseignements du Burundi, de la RDC, de l’Ouganda, du Rwanda et de la Tanzanie.

Cette réunion hautement stratégique s’est tenue « en présence des garants de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba (l’ONU, l’Union Africaine, la CIRGL, la SADC, la MONUSCO…)», se contente de raconter Claude Ibalanky, Coordonnateur du Mécanisme National de Suivi de l’Accord cadre d’Addis Abeba et des déclarations Nairobi signées en 2013 entre le groupe rebelle déchu du M23 et les autorités congolaises.

Il faut rappeler que les 4 alliés de la République Démocratique du Congo dans la lutte contre les groupes armés dans sa partie Nord Est apportent un appui stratégique aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC en termes de renseignements notamment.

Félix Antoine Tshisekedi, le dirigeant congolais a annoncé cette semaine en Ouganda pour une visite officielle auprès de son homologue, Yoweri Museveni devra évoquer la question de la sécurité dans l’Est de son pays.

Pays d’origine des ADF accusés d’être les principaux responsables de massacres de populations dans les territoires de Béni, Lubero et autres parties du Nord Kivu, Kampala a une part de responsabilité dans la neutralisation de ces groupes armés, estime Kinshasa.

José-Junior Owawa

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.