Code minier : Les lignes commencent à bouger à Lubumbashi.

475 Vues

Après avoir vécu en chien de defaïence avec les communautés impactées par son exploitation minière dans la Zone sud de l’existence Katanga, l’entreprise minière Ruashi Mining a décidé de s’ouvrir et de se conformer au code et règlements miniers en vigueur depuis 2018.

Sur place, la cohabitation était presque invivable avec les communautés riveraines. Pour cause, plusieurs préalables de l’ancien code minier n’étaient pas mis en oeuvre. C’est le cas de la consultation populaire, libre,informée et claire( CLIP). La même situation était décriée pour les impacts négatifs de l’opération de déminage sur les sites qui ont laissé des traces indélébiles.

Bien que diminuée en fréquence, le déminage a laissé des stigmates sur les maisons qui ont perdu des toitures, fissures sur les murs et même des pertes en vies humaines.

L’autre bras de fer qui opposent les habitants de la commune de la Ruashi à cette entreprise minière reste le dossier pendant portant indemnisation des victimes des maisons se trouvant sur le périmètre de Ruashi Mining.

Pour les experts en ressources naturelles, la revisitation du code minier est une réponse aux obligations non accomplies par certains miniers qui vont revivre leur passifs lors de l’élaboration du cahier des charges avec les communautés impactées par les activités minières.

C’est dans ce cadre que l’entreprise Ruashi Mining a lancé des consultations populaires avec les communautés impactées par ses activités minières. Selon les dispositions du nouveau code minier , les entreprises n’ont plus à décider de manière unilatérale sur les actions sociales et besoins prioritaires à poser pour la population.

Ce geste est vivement salué par la société civile car il s’agit de la première entreprise à s’ouvrir dans le Haut-Katanga. Évitant la cacophonie dans ce secteur, les organisations de la société civile s’activent à coordonner leurs actions pour renforcer les communautés en capacité afin de savoir comment négocier lors de l’élaboration du cahier des charges des besoins prioritaires. C’est à une année de l’entrée en vigueur de cette loi que la consultation a été lancée.

Malheureusement sur le terrain, on constate toujours un grand retard dans la vulgarisation du code, règlement minier et directives y afférentes.

Chris Lumbu

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.