Chile Eboe-Osuji « il ne peut y avoir de développement socio-économique durable, là où les conflits, les atrocités règnent en maître.»

176 Vues

La Cour pénale internationale a célébré ce 17 juillet 2019 la Journée de la justice pénale internationale. Le Statut de Rome est le traité fondateur de la CPI, qui a créé à la fois la Cour et le Fonds au profit des victimes.


En ce jour commémorative, le Président de la CPI le juge a déclaré qu’« Il ne peut y avoir de développement socio-économique durable, là où les conflits, les atrocités et la peur règnent en maître.


Pour lui le fait que nous ayons aujourd’hui une Cour pénale internationale permanente a changé la façon dont le monde considère les atrocités. Le monde attend plus de responsabilité. Les victimes demandent que justice soit faite. La place laissée à l’impunité face à ces atrocités se réduit. » a t-il déclaré .

Dans cette déclaration, le Président de la CPI a lié le travail de la Cour à l’Objectif de développement durable des Nations Unies 16 (ODD 16) : Paix, Justice et Institutions efficaces.

Plusieurs événements sont organisés à l’occasion de cet anniversaire, notamment par des bureaux extérieurs de la CPI en République centrafricaine, en Côte d’Ivoire, en République démocratique du Congo, en Géorgie et en Ouganda.

L’événement, organisé par les missions permanentes de l’Argentine, l’Équateur, le Liechtenstein, les Pays-Bas, la Norvège, la Sierra Leone et l’Espagne, ainsi que par L’Action mondiale des Parlementaires, mettra en évidence le rôle crucial de la justice pénale internationale dans la réalisation de l’objectif 16 du développement durable des Nations Unies.

Le 17 juillet réunit tous ceux qui soutiennent la fin, par l’application de la loi, de l’impunité pour les crimes les plus graves qui préoccupent la communauté internationale, la défense des droits des victimes et les efforts pour la prévention de ces crimes.

Le Statut de Rome est le traité fondateur de la Cour pénale internationale et a été ratifié par plus de 120 pays. La CPI est la première cour pénale internationale permanente établie pour mettre fin à l’impunité des personnes accusées des crimes les plus graves qui touchent l’ensemble de la communauté internationale : génocide, crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crime d’agression.

Le Statut de Rome a également créé le Fonds au profit des victimes avec un double mandat à savoir mettre en œuvre les réparations ordonnées par la Cour et apporter une réhabilitation physique, psychologique et matérielle aux victimes survivantes, à leurs familles et aux communautés affectées.

Le Fonds assiste les survivants afin qu’ils puissent commencer le processus de guérison et reconstruire leur vie, et puissent promouvoir la paix et la réconciliation.

Cliquez sur une étoile pour la noter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.