Bernard Commins«il est difficile d’identifier les tireurs de ficelles dans les conflits de Djugu»

203 Vues

Au cours de la conférence  de presse bimensuelle des nations unies  de ce 26 juin 2019, la situation sécuritaire en territoire de  Djugu dans la province de l’Ituri  est revenue  dans ces  échanges  entre la presse de Goma, de Kinshasa  ainsi que  les responsables de la Mission Onusienne en République Démocratique du Congo.

Le commandant  de la force de la MONUSCO a déclaré que les casques bleus de la mission onusienne, ensemble avec les forces armées de la république démocratique du Congo s’activent à combattre un  groupe armé non encore identifié  qui crée de l’insécurité en territoire de Djugu.

Le général Bernard Commins  estime que la situation sécuritaire dans cette partie de la province d’Ituri à l’Est de la République démocratique du Congo reste préoccupante, ce groupe armé  mérite  d’être traduite en justice  pour ces atrocités commises dans ce conflit, il est difficile  de connaitre les instigateurs  de la situation de l’insécurité en territoire de Djugu.

« Il est difficile d’identifier les  tireurs de ficelles, il est difficile de dire c’est un tel ou tel qui tire les ficelles, toute les communautés sont victimes de la violence qui se développent  aujourd’hui en ituri, je ne peux pas dire que c’est telle communauté qui tire des ficelles pour s’attaquer à son voisin ce sont des réactions disproportionnées des violences qu’il faut faire cesser».

Par ailleurs, il indique  que les autorités congolaises et la MONUSCO  travaillent d’arrache-pied pour amener la paix  dans cette région. Pour ce responsable onusien « il est prématuré d’attribuer des  responsabilités dans cette situation de Djugu » Bernard  Commins préconise de même des solutions pacifiques entre les communautés  avant de passer à l’usage de la force, l’ultime solution pour éradiquer cette spirale des violences à Djugu qui a déjà  fait  des milliers des morts.   

Patrick Félix ABELY

Cliquez sur une étoile pour la noter!